Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Lieux d'Éducation Associés à l'IFÉ

Les Lieux d'Éducation Associés à l'IFÉ (léa-IFÉ)

Vous êtes ici : Accueil / Le réseau / Les différents LéA / Collège Jean Rostand - Quetigny
Retour

LéA Collège Jean Rostand - Quetigny

Académie(s) de Dijon
depuis 2020
Temps et espaces d'apprentissage en milieu scolaire (TEAMS)
IREDU, INSPE, INSERM
Objet(s) d’enseignement-apprentissage : Compétences transversales
Conditions et organisations des apprentissages : Espaces et temps, Climat scolaire
Développement professionnel : Travail collectif, Transformations professionnelles

Le collège Jean Rostand de Quetigny est un Etablissement Public Local d’Enseignement qui scolarise 680 élèves de collège de la sixième à la troisième. Il comporte une section adaptée pour les élèves en grande difficulté scolaire qui présentent un risque de décrochage (SEGPA) et accueille une unité externalisée d’un institut thérapeutique (ITEP).

L’équipe pédagogique est composée de 55 enseignants, elle est à 70 % féminine et extrêmement stable. Au total, 93 personnes travaillent dans l’établissement : équipes de vie scolaire, médico-sociale et d’entretien technique. L’équipe de direction est composée de 4 personnes : principal et son adjoint, adjoint gestionnaire et adjoint en charge de la SEGPA.

L’établissement est en pointe du projet d’académie dont l’objet est la transformation de l’académie en académie apprenante.

Il a été décidé par la rectrice d’académie précédente, Frédérique Alexandre-Bailly, de faire de l’établissement une école laboratoire (septembre 2018) c’est-à dire un lieu où des praticiens expérimentent, accompagnés pour cela par la recherche pour les aider à conceptualiser et évaluer leur action.

L’objet du projet d’établissement est l’amélioration du climat scolaire avec l’apport de la recherche et des expériences d’autres pays par le biais de projets Erasmus+.

Recherche menée

Le projet TEAMS est né dans le contexte de l’école laboratoire. 

A l'initiative d'une équipe pédagogique, en 2019-2020 et 2020-2021 deux classes ont suivi des rythmes d'apprentissage différents des autres classes. 

Cette année, une classe de 6° a des horaires aménagés, avec des séquences d’enseignement de 45 minutes et non 55 minutes, et des temps de pause dans la classe de 15 minutes entre chaque cours. 

L’idée est de permettre à ces élèves d’investir ce temps de pause comme ils l’entendent,dans la salle, par les activités qu’ils souhaitent : discussions informelles avec les enseignants ou avec leurs camarades, jeux, lectures...) tant qu’ils respectent les règles de l’établissement. 

L’objectif visé est de permettre une amélioration des conditions d’apprentissage des élèves concernés.

Ainsi comme le déclarent Florin et al. (2013), la visée du projet n’est donc peut-être pas d’améliorer directement la réussite académique de ces élèves mais de comprendre comment le cadre de vie de l’école impacte leur qualité de vie dans l’établissement et dans la classe, « leurs relations sociales, leurs espoirs de réussite et leur investissement dans les activités scolaires (Gibbons & Silva, 2011), qui conduisent à des trajectoires de réussite ».

Plusieurs hypothèses de recherche pourraient être avancées : la première permettrait de mettre en relation cette nouvelle organisation pédagogique et le bien-être des élèves dans la classe ou l’établissement, la deuxième viserait à analyser la relation entre ce nouvel aménagement horaire et la satisfaction scolaire des élèves , et enfin la dernière permettrait de faire un focus particulier sur le lien entre aménagement du temps scolaire et amélioration (ou non) des relations enseignants- élèves. Pour répondre à ces trois hypothèses, une méthodologie mixte est envisagée, à la fois quantitative (questionnaires auprès des élèves des classes expérimentales et de classes témoins) et qualitative (entretiens avec les enseignants).

L’évaluation de cette action sera menée par l'IREDU en intégrant des étudiants de Master 2 en sciences de l'éducation. 

Toujours dans le but de travailler sur l'amélioration du climat scolaire, un partenariat est également engagé avec l'INSERM, sur le projet ATOLE/ADOLE.

En 2020-2021, tout le niveau 6° a pu suivre ce programme sur l'attention. Cette année, ce sont 3 classes de 6° et une classe de 5° qui sont concernées.

Sur ce projet, l’INSERM assure la formation des enseignants et l’IREDU évalue comment le transfert s’opère sur le terrain, à moyen terme comment cette méthode modifie les pratiques professionnelles des enseignants et à plus long terme comment les méthodes de travail des élèves sont modifiées.

Membres de l'équipe

  • Sophie Morlaix
  • Bénédicte Terrier
  • Elsa Lang-Ripert
  • Fabien Belle
  • Véronique Guehl
  • Aurélie Gautheron
  • Perrine Balleyguier
  • Annabelle Roffi
  • Vincent Genevois
  • Christine Blein-Chesse
  • Virginie Minot
  • Sébastien Colas
  • Aurélie Lopard
  • Rikia Cadi

En vidéo

Correspondants

Correspondant Recherche
MORLAIX Sophie
Correspondant LéA
BELLE Fabien

Réseaux sociaux

Voir aussi