Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Institut Français de l'Éducation

Les Lieux d'Éducation Associés (lea)

Vous êtes ici : Accueil / Le réseau / Les différents LéA / Réussir en lycée professionnel à Thiers
Retour

LéA Réussir en lycée professionnel à Thiers, Clermont-Ferrand

depuis 2017
Réussir à Thiers
Laboratoire HESPER (Health Services and Performance Center) (EA 7425)
Thématique(s) Ifé : Apprentissage et socialisation, Efficacité et justice des systèmes éducatifs

Le lycée G TILLION accueille des élèves avec un profil particulier, on constate de réelles difficultés sociales 50% de boursiers, et un vécu scolaire souvent lié à l’échec près de 70% de non titulaires du DNB en CAP et 40% en BAC. Les comportements des élèves à leur arrivée sont souvent non scolaires avec des blocages et des oppositions importants. Il faut dans un premier temps reconstruire l’adolescent, le revaloriser au sein de la structure scolaire pour lui redonner une image de soi positive. On  l’amène à se projeter de nouveau vers l’avenir et à se construire ainsi un projet professionnel pertinent et efficace. La réalisation de cet objectif ne peut passer que par une organisation différente des temps d’apprentissage, il faut redonner du sens aux contenus et surtout s’attacher à la compréhension de l’élève des objectifs visés et des compétences attendues. Cette volonté de lutte contre le décrochage scolaire se retrouve par ailleurs dans nos objectifs stratégiques pour le Contrat d’Objectif Tripartite et dans le projet d'établissement. Le dynamisme et l’esprit d’innovation pédagogique de l’établissement est reconnue puisque cette année le collège des IEN a soutenu l’établissement en lui octroyant une dotation complémentaire « lycée fragile » pour favoriser la réalisation...

Recherche menée

La théorie de valorisation de soi ou "self-enhancement theory" conçoit que les individus tendent à agir afin d’obtenir une bonne image d’eux-mêmes (Leary, 2007).

Or si on prend en considération le fait que l’école est obligatoire jusqu’à 16ans, que se passe-t-il lorsque les jeunes sont confrontés à des mauvaises notes qui peuvent impacter négativement leur estime de soi ?

Il existe cependant deux principaux types d’évaluations :

-          L’évaluation sommative, qui consiste à évaluer un niveau de l’élève qui  est à la base des inégalités selon Perrenoud (1997).

-          L’évaluation formative qui a une visée plus pédagogique. Elle mesure les progrès de l’élève et le professeur se sert des erreurs mesurées pour formaliser sa pédagogie auprès de l’élève.

Ce sont les évaluations sommatives qui sont actuellement les plus utilisées en France au collège et au lycée.  Si elles sont valorisantes pour certains, elles peuvent être la base de dépréciations chez d’autres (Coslin, 2006).  C’est d’ailleurs, selon Perrenoud (1992), l’un des trois mécanismes de la fabrication de l’échec scolaire.

Coslin (2006) s’interroge sur les jeunes en situation d’échec qui disent généralement ne pas avoir assez travaillé, qui assument avec une certaine fierté cette situation d’échec. Il décrit le décrochage scolaire comme “une manière de restaurer une image de soi, dévalorisée dans le cadre scolaire” (op.cit., 92).

Midgley, Arunkumar et Urdan (1996) suggèrent que certains jeunes ne fournissent pas d’effort permettant la réussite scolaire et ce, délibérément. Il s’agirait de stratégies autohandicapantes, qui naissent de l’anticipation d’un échec : le sujet crée un obstacle à une performance future dans le même domaine que l'échec. Ainsi, si le sujet obtient effectivement une performance faible alors il mettra en cause l’obstacle établi délibérément plutôt que de mettre en cause ses habilités personnelles (Martinot, 2001). Il s'agit en quelque sorte d'une excuse anticipée.

Cette stratégie est donc la conséquence d'échecs répétés dans un domaine. Ces échecs passés conduisent le sujet à penser qu'il risque d'échouer encore. Il anticipe alors ces échecs possibles en s'autohandicapant. Dans ce sens, à partir de l’étude de Midgley et Urdan (1995) et de Midgley et al. (1996), nous constatons que les jeunes les plus faibles scolairement utilisent plus de stratégies d'autohandicap que les autres.  Les sujets à faibles performances tendent ainsi à vouloir expliciter ces faibles performances par un manque de travail plutôt que par un manque de capacités. Urdan et Midgley (2001) notent que les sujets à faible estime de soi, qui font preuve d'autohandicap, se sentent mieux même s'ils ont obtenu des performances faibles comparativement aux autres sujets qui ne s'autohandicapent pas.

Selon Martinot (2001 ; 2004, 103), la conduite de (dés)engagement "consiste à minimiser...

Productions du LéA

Réalisation d'un film sur la mise en place des actions pour la persévérance scolaire.

https://www.youtube.com/watch?v=NeuAc2Rgix4

Passation d'un questionnaire en début d'année sur toutes les classes entrantes, le questionnaire vient d'être traité, il est maintenant en cours d'interprétation.

Membres de l'équipe

  • Le Moing Pascal Proviseur
  • Vallé Jean François Proviseur adjoint
  • Rousseau Arielle Enseignante
  • Romeuf Christine Enseignante
  • Deberle Marie Eve Enseignante
  • Vaudable Maryline Enseignante
  • Chaput Laétitia Enseignante
  • Leyrit Alexandra MCU

Équipe

Correspondant IFE
LEYRIT Alexandra
Correspondant LéA
LE MOING Pascal
Responsable recherche
LEYRIT Alexandra

Voir aussi

  • https://www.youtube.com/watch?v=NeuAc2Rgix4
  • Lien 2
  • Lien 3