Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Institut Français de l'Éducation

Les Lieux d'Éducation Associés (lea)

Vous êtes ici : Accueil / Le réseau / Les différents LéA / Prospectives - Territoire de Lyon - Réseaux d'établissements
Retour

LéA Prospectives - Territoire de Lyon - Réseaux d'établissements, Lyon

depuis 2017
De la prospective territoriale aux processus de citoyenneté : construire, déconstruire, reconstruire pour s’inscrire dans un espace-temps social et politique
EducTice, CGET, LUS, Institut Destrée, INSA-IGB
Thématique(s) Ifé : Le numérique en éducation et formation, Apprentissage et socialisation

Situées dans la métropole lyonnaise, les équipes enseignantes impliquées dans le LéA sont rattachées à des établissements répartis dans différents territoires de l'agglomération : à Vénissieux, dans le collège Paul Eluard, à Vaulx-en-Velin dans le collège Aimé Césaire et à Lyon (4) dans le collège La Tourette. Afin d'envisager un développement ultérieur qui puisse s'inscrire dans un parcours éducatif long, des enseignants de l'école élémentaire Léo Lagrange (Vénissieux), du lycée Saint-Just (Lyon) et du lycée professionnel hôtelier François Rabelais (Dardilly) participent au projet.

Le LéA a pour ambition de favoriser le travail pluridisciplinaire. Cela trouve son expression dans la variété des disciplines des enseignants engagés dans le projet de fabrication de dispositif pédagogique : histoire-géographie, français, mathématiques, anglais, espagnol, arts plastiques.

Recherche menée

La démarche de prospective est appréhendée comme une manière de faire (re)penser la “spatialité des actes” c’est-à-dire l’engagement matériel et idéel de la spatialité dans les actes des individus (Lussault, 2000). Par cette entrée il s’agit de (re)saisir les agencements spatiaux en envisageant les (re)configurations possibles à partir de ses propres projections de l’espace.

A cette fin, les élèves seront conduits à mener des « enquêtes » territoriales, autrement dit, en quête des différents opérateurs participant à la fabrique de leur territoire de vie. Rechercher et identifier ces opérateurs et leurs actions leur permettra de mieux appréhender la complexité de leur territoire et les facteurs de son évolution (tendances lourdes, mutations en cours/signaux faibles, ruptures possibles). Par leurs efforts de mise en cohérence (en intrigue) de l’ensemble des éléments hétérogènes constitutifs du territoire, par la mise en débat des enjeux de ses transformations possibles, les élèves pourront non seulement former de nouvelles représentations du territoire, en envisager diverses reconfigurations, mais aussi se reconnaître auteurs et acteurs de ces possibles transformations. A travers la démarche prospective, c’est donc tout à la fois une entrée dans la complexité (territoriale), un travail de perception et de représentations (du territoire), un processus de subjectivation (l’élève peut se reconnaître progressivement comme acteur spatial puis sujet politique) et d’objectivation (la construction d’un projet collectif pour le territoire) qui sont en jeu. 

Il s’agit de suivre les différents processus à l’œuvre de cette « mise en capacité territoriale » par la rencontre des différents opérateurs du territoire. Les interactions suscitées constituent un matériau de recherche précieux pour saisir les processus de transaction (modalités d’expression, représentations, etc.) autour des territoires.  Les pratiques prospectives et citoyennes constituent l’enjeu de ces interactions. Nos travaux de recherche respectifs se sont d’ores et déjà intéressés à ces pratiques, à leur construction, leur diffusion. Le processus de développement de ces pratiques (leur fabrique) continuera de faire l’objet de nos questionnements. Le suivi des expérimentations (l’observation de ces situations pédagogiques et de leurs évolutions) permettra sans doute de saisir comment l’enseignement de la prospective transforme l’engagement que les élèves ont dans leur espace -il s’agira notamment de questionner la façon dont les élèves expriment un point de vue sur leur espace d’action en inscrivant cette interrogation dans les réflexions contemporaines sur la citoyenneté en considérant cette notion dans son caractère processuel et relationnel (Carrel, Neveu, 2015).

Productions du LéA

Le projet a pour objectif de réunir enseignants, chercheurs et professionnels de l’urbain pour permettre aux élèves d’appréhender les aspects concrets de la citoyenneté à partir de leur vie quotidienne dans l’espace urbain proche. A cette fin, il s’agit de co-concevoir des dispositifs pédagogiques mobilisant une démarche prospective dans l’enseignement et développer ainsi une pédagogie active. Ces productions sont destinées à alimenter le portail "géographie et prospective".

L’apprentissage par la prospective (philosophie en action dont l’objectif  est d’ « identifier les enjeux engageant l’avenir d’un espace géographique » afin de se préparer à y agir) est apparu comme une approche susceptible de faire évoluer les représentations que les élèves peuvent avoir de leur territoire ainsi que leur(s) manière(s) de l’habiter : via cette démarche de problématisation, nécessairement pluridisciplinaire et pluriactorielle, les élèves, invités à questionner les aménagements de leur territoire et à en proposer des reconfigurations, peuvent s’identifier à et dans leur espace vécu (en classe et hors classe). Des éléments de réflexivité sur leurs pratiques ordinaires et quotidiennes  qui, non seulement, peuvent leur permettre de devenir acteurs de leurs savoirs (enjeu pédagogique), mais qui peuvent également les conduire à se reconnaître en tant qu’acteurs de la fabrique de leur territoire, autrement dit, en tant que citoyen (enjeu éducatif).

Membres de l'équipe

  • Aurélien Amour (Collège Paul Eluard - Histoire Géographie)
  • Léa Bernigaud (Collège Paul Eluard - Histoire géographie)
  • Marilyn Girardet (Collège Paul Eluard - Histoire Géographie)
  • Jean-Louis Rolly (Collège Paul Eluard - Histoire géographie)
  • Aurélien Zaragori (Collège Paul Eluard - Histoire géographie)
  • Idriss Chatti (Collège Paul Eluard - Éducation musicale)
  • Sonia Hafidi (Collège Paul Eluard - Espagnol)
  • Zvezdana Lazarevic (Collège Paul Eluard - Espagnol)
  • Sophie Blandenet (Collège Paul Eluard - Allemand/FLE)
  • Jocelyn Vest (Collège Paul Eluard - Allemand)
  • Nathalie Faudel (Collège Paul Eluard - Français)
  • Antinea Ferrandis (Collège Paul Eluard - Français)
  • Mathilde Linois (Collège Paul Eluard - Français)
  • Anne-Laure Munari(Collège Paul Eluard - Arts Plastiques)
  • Zoé Benoît (Collège Paul Eluard - Arts Plastiques)
  • Aïcha Ouada (Collège Paul Eluard - Professeur documentaliste)
  • Marc Jampy (Collège Aimé Césaire - Histoire géographie)
  • Stéphanie Foselle (Collège Aimé Césaire - Histoire géographie)
  • Stéphane Maisse (Collège Aimé Césaire - Mathématiques)
  • Audrey Le Goupil (Collège de La Tourette - Histoire géographie)
  • Timothée Sulmont (Collège de La Tourette - Histoire géographie)
  • Clémence Bué (Réseau d’éducation prioritaire – école Léo Lagrange)
  • Nadia Biskri (Lycée Saint-Just - Enseignante histoire-géographie)
  • Jean-Christian Falquet (Lycée professionnel François Rabelais - enseignant d’histoire-géographie)
  • Olivier Dollfus (Architecte - La Nourrice)
  • Gilles Malzac (Architecte - Cabinet Boris Bouchet)
  • Georges Baudvin (Maquettiste - Make-it)
  • Benjamin Giron (Urbaniste - Hepsul)
  • Sylvain Manhes (Urbaniste - Cordinateur de l'Association Robins des Villes)
  • Marie-Pierre Escudié (Chargée de recherches - Institut Gaston Berger / INSA Lyon)
  • Anouk Flamant (Chargée de recherches - IFE-ENS)
  • Aïda Kharkhache (Chargée de recherches - IFE-ENS)
  • Sina Safadi (chargé de recherches IFE-ENS)
  • Chloë Vidal(Directrice de recherche - Institut Destrée (Wallonie))

Équipe

Correspondant IFE
Sina Safadi
Correspondant LéA
Aurélien Zaragori
Responsable recherche
Michel Lussault, Stéphane Cordobes