Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Les Lieux d'Éducation Associés (léa)

Vous êtes ici : Accueil / Le réseau / Anciens Léa / Réseau REP+ Saint Exupéry - Mulhouse
Retour

LéA Réseau REP+ Saint Exupéry - Mulhouse, Académie de Strasbourg (2018-2020)

La psychologie et les neurosciences cognitives au service de l’apprentissage et de la performance des élèves.
LISEC EA 2310 Laboratoire Interuniversitaire des Sciences de l'Éducation et de la Communication (Université de Strasbourg, Université de Haute Alsace et Université de Lorraine)

Objectifs du LéA :

Le projet du LéA se situait dans le cadre de réflexion sur la nature des pratiques enseignantes et leurs effets sur l’apprentissage des élèves (collège St Exupéry, REP+) aux profils très hétérogènes (manques de méthode, de sens, effet de démotivation, difficultés d’apprentissage graves et persistantes en classes SEGPA).
La collaboration entre une partie de l’équipe éducative du collège et des enseignantes chercheuses du laboratoire de sciences de l’éducation avait pour but de se centrer surla carte mentale et le résumé (année 2018-2019) et le testing (2019-2020), en comparant les performances des élèves sur des notions qui ont ou non été apprises par l'une ou l'autre méthode et si ces performances se maintenaient dans le temps avec 3 mesures dans le temps (court terme, moyen terme et long terme). Ainsi il était question :
- d'apporter aux enseignants les éléments théoriques et empiriques issus des récentes recherches témoignant des modalités d’apprentissage les plus efficaces et construire des pratiques enseignantes adéquates,
- de mesurer l’effet des cartes mentales, des résumés et du testing.

Par exemple, les enseignants construisaient en amont leur séquence et les questions du testing, les envoyaient aux chercheuses qui construisaient alors un quizz mélangeant des questions posées au testing et des questions non posées. Ce quizz, passé avant et après la séquence, permettrait d’analyser si les notions questionnées lors du testing étaient mieux mémorisées que celles qui n’ont pas été testées et si la différence attendue de mémorisation des notions testées se maintiendrait dans le temps (post test à court terme / moyen terme / long terme).

Le projet s’inscrivait ainsi dans l’approche de l’éducation fondée sur les preuves (evidence-based education) et sur la conception selon laquelle apprendre consiste à modifier les connaissances existantes stockées en mémoire et/ou à ajouter de nouvelles connaissances en mémoire.

Principales conclusions, valorisations et apports pour l'établissement et le système éducatif :

Malheureusement, nous ne pouvons apporter de conclusions à notre projet dans la mesure où nous n’avons pas pu mesurer les performances des élèves en post test après la séquence  suite à la crise Covid et au confinement des élèves.
Notre protocole a été mis en place :
1/ les enseignants ont construit leur séquence accompagnée des questions à poser lors du testing ;
2/ les chercheuses ont élaboré les quizz à partir de ces informations ;
3/ le quizz avant la séquence a été passé ;
4/ la séquence a été proposée aux élèves mais a été interrompue par la fermeture du collège.
Le nouveau paradigme posé en 2019-2020 (intérêt du testing) nous a cependant permis d’observer qu’il est beaucoup plus opérationnel que les précédents (la carte mentale et le résumé - LéA 2018-2019) et que sa mise en place dans des conditions habituelles de classe (hors crise sanitaire) est tout à fait envisageable et même attendue. La mise en place du protocole, les échanges entre les enseignants et entre les enseignants et les chercheuses restent des moments très enrichissants pour mettre des mots sur les pratiques pédagogiques, sur les difficultés rencontrées et sur la façon dont la recherche peut répondre à ses questions. Même si l’expérimentation n’a pas pu aboutir, la réflexion collective et la mise en place du protocole représentent des temps d’échange propices au développement professionnel.

Membres de l'équipe

  • Mme Christèle Chenillat - Professeur d'histoire-géographie
  • M. Philippe Fostier - Professeur en SEGPA
  • M. Olivier Golly - Professeur d'histoire-géographie
  • Mme Marie Keiling - Professeure de SVT
  • Mme Annick Laurençot - Professeure en SEGPA
  • Mme Stéphanie Müller-Siemoneit - Professeure d'allemand
  • Mme Manon Rost - Professeure en SEGPA
  • Mme Véronique Seewald - Professeure en SEGPA
  • M. Alexandre Zeitler - Professeur de SVT
  • M. Julien Baudry - Professeur de SVT, formateur ESPE, référent SVT pour l'expérimentation
  • M. Jean-François Tavernier - Professeur d'histoire-géographie, formateur ESPE, référent histoire-géographie pour l'expérimentation
  • Mme Nadège Doignon-Camus - Maîtresse de conférence en psychologie cognitive
  • Mme Nathalie Gavens - Maîtresse de conférence en psychologie de l'éducation
  • Mme Maria-Antoneta Popa-Roch - Maîtresse de conférence en psychologie sociale
  • Mme Anne-Clémence Chaillou - Post-doctorante en psychologie cognitive
  • M. Vincent Kula et M. Yannick Biry - Principal et Principal-Adjoint du collège Saint-Exupéry de Mulhouse
  • Enseignants en classes SEGPA et en classes ordinaires du collège Saint-Exupéry de Mulhouse
  • Etudiant·e·s de l'ESPE
  • Etudiant·e·s des départements de sciences de l'éducation de l'Université de Haute Alsace et de l'Université de Strasbourg
  • Etudiant·e·s en de l'école d'orthophonie