INSTITUT FRANÇAIS DE L'ÉDUCATION

   Vous êtes ici : Accueil » Détails de la thèse

La faculté des lettres de Bordeaux 1886-1968 : un siècle d’essor universitaire en province


Auteur(s) :  CLAVEL Elsa

Date de soutenance :  2016

Thèse délivrée par :  Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3

Section(s) CNU :  section 22 : Histoire, civilisations, art (mondes modernes et contemporains)

Sous la direction de :  Bernard LACHAISE

Jury de thèse :  Lachaise, Bernard ; Condette, Jean-François ; Jourdan, Jean-Paul ; Poucet, Bruno

 

"A partir de la fin des années 1870, l’enseignement supérieur en France connaît d’importantes mutations liées aux réformes de la Troisième République. La faculté des lettres de Bordeaux, qui s’installe en 1886 dans le « Palais des Facultés » - un des tout premiers en France - au centre-ville de Bordeaux, permet d’observer les bouleversements qui touchent autant les enseignants que les étudiants de plus en plus nombreux, mais aussi le cursus universitaire et les disciplines enseignées. La faculté des lettres de Bordeaux acquiert une certaine spécificité au cœur d’un mouvement national : l’innovation de la « science sociale » avec Emile Durkheim, le développement de la géographie coloniale en sont quelques exemples. Près d’un siècle plus tard, au cours des années 1960, la faculté des lettres de Bordeaux se distingue encore avec l’écriture d’une histoire de Bordeaux sous la direction de Charles Higounet, inédite alors pour une métropole en France et en Europe. Une étude prosopographique distingue quelques caractéristiques d’un corps professoral, souvent passé par les grandes écoles, pour lequel la faculté des lettres de Bordeaux peut constituer autant un tremplin vers Paris que la réalisation d’une longue carrière universitaire. L’analyse des dossiers des étudiants montre le mouvement de massification qui touche l’enseignement supérieur ainsi que sa féminisation et une relative diversification des origines sociales. La faculté des lettres de Bordeaux, siège de ministères au début des deux conflits mondiaux, est, enfin, engagée dans les grands enjeux politiques, de l’affaire Dreyfus à Mai 68 tout en s’insérant au cœur de l’Aquitaine et en s’ouvrant au monde, plus particulièrement aux territoires d’outre-mer et de culture hispanique. La faculté des lettres de Bordeaux est donc un reflet de la démocratisation progressive de l’accès à l’éducation et de ses limites, mais aussi des changements structurels de la société française de la fin du XIXe siècle à 1968."

Abstract

The Faculty of Arts of Bordeaux from 1886 to 1968 : The development of the provincial university over the century

"From the end of the 1870’s, Higher Education in France underwent important changes linked to the reforms of the Third Republic. The Faculty of Arts of the University of Bordeaux, took up residence in the “Palais des Facultés” - one of the very first in France – in the town centre of Bordeaux. We can observe the upheavals which affected not only the teaching staff and the students who were constantly increasing in numbers, but also the university curriculum and the subjects taught. The Faculty of Arts of Bordeaux acquired a certain specificity within a national movement: the innovation of “Social Sciences” with Emile Durkheim or the development of Colonial Geography being just a couple of examples. More than a century later, in the 1960’s, The Faculty of Arts of Bordeaux distinguished itself yet again with the writing of the History of Bordeaux under the supervision of Charles Higounet, the first of its kind for a metropolis whether in France or in Europe. A prosopographical study distinguished certain characteristics of the body of Professors, who had often studied in the “Grandes Ecoles”, and for whom the Faculty of Arts of Bordeaux could prove to be a stepping stone towards a position in Paris or the achievement of a long university career. The study of the students’ records shows the mass movement which affected Higher Education as well as its feminization and a certain diversification of social origins. The Faculty of Arts of Bordeaux, ministerial Headquarters during the two World Wars, was involved in important political issues, from the Dreyfus case to May 68 whilst playing an important role in Aquitaine and remaining open to the outside world, especially in overseas territories of Hispanic culture. The Faculty of Arts of Bordeaux is thus a reflection of the gradual democratization of the access to education and its limits, but also of the structural changes within French society from the end of the nineteenth century to 1968."



URL :  https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01552307/document


mot(s) clé(s) :  histoire de l'éducation, enseignement supérieur