INSTITUT FRANÇAIS DE L'ÉDUCATION

   Vous êtes ici : Accueil » Actualités des thèses » Détails de la thèse

Pays : France       Langue(s) : français 

Histoire du gouren (XIX-XXIe siècles) : L'invention de la lutte bretonne


Auteur(s) :  EPRON Aurélie

Date de soutenance :  2008

Thèse délivrée par :  Université Rennes 2

Section(s) CNU :  section 70 : Sciences de l'éducation

Discipline(s) :  Sciances et techniques des Activités Physiques et Sportives

Sous la direction de :  Luc ROBENE

Jury de thèse :  GLEYSE Jacques, VIVIERT Christian, HUBERT Jean-François, PARLEBAS Pierre, ROBENE Luc

  L'étude s'attache à éclairer l'histoire d'une pratique de lutte traditionnelle en Bretagne, le gouren, en questionnant son ancrage dans la culture bretonne. À partir de questions en apparence simples :

* Qu'est-ce que le gouren ?
* Comment une pratique traditionnelle survit-elle au temps qui passe ?
* Quelles significations revêtent ses éventuelles mutations ?

Nous montrons de quelle manière l'histoire de la lutte bretonne doit être abordée au travers d'une double approche anthropo-historique.

Il s'agit d'une part de mettre à jour le passé d'une pratique, les étapes et les transformations qui ont jalonné et façonné sa trajectoire, défini les rôles des acteurs, la sociologie des pratiquants et des institutions au cœur de l'espace breton durant la période contemporaine (XIXe-XXIe siècles) ; alors même que la nation et la société françaises privilégient des modèles concurrents de cultures corporelles.

Il s'agit conjointement de s'attacher à l'étude des positions, discours, revendications des acteurs qui font de la lutte bretonne le lieu d'un investissement identitaire marqué et l'espace de reconstruction d'une mémoire sans cesse réactivée au nom de la bretonnité, de la tradition, d'un passé idéalisé, reconstruit et en partie réinventé (au sens que donnent Hobsbawm et Ranger, 1983).

Finalement, le gouren, devenu sport traditionnel est bien le lieu où se joue, en grande partie à partir des années trente, une complexe alchimie entre le désir de pérenniser une tradition de lutte, issue de pratiques communautaires, en reconfigurant sportivement ses usages et, d'autre part, la volonté d'en appeler à la pureté des luttes d'antan qui ont fait et font l'originalité d'une région, quitte à en ré-inventer les usages et les traditions. Une relation ambiguë entre tradition et modernité, entre passé et présent, qui, encore aujourd'hui marque de manière polémique la définition culturelle et/ou institutionnelle légitime de la lutte bretonne.


mot(s) clé(s) :  éducation interculturelle, histoire de l'éducation