INSTITUT FRANÇAIS DE L'ÉDUCATION

   Vous êtes ici : Accueil » Détails de la thèse

Des constructions de "speechlessness" : une étude comparative Allemagne-France sur les rapports sociaux langagiers de pouvoir dans le domaine de l'éducation de la petite enfance


Auteur(s) :  THOMAUSKE Nathalie

Date de soutenance :  2015

Thèse délivrée par :  Université Paris 13

Section(s) CNU :  section 70 : Sciences de l'éducation

Sous la direction de :  Isabell DIEHM & Nacira GUÉNIF-SOUILAMAS

Jury de thèse :  Diehm, Isabell ; Guénif-Souilamas, Nacira ; Payet, Jean-Paul ; Argyro Panagitopoulou, Julie

 

"L'Allemagne et la France se trouvent en matière d’immigration face à des défis semblables. Les deux pays sont des États-nations dans lesquels la société majoritaire est convaincue que le peuple doit être unifié à travers une langue commune. Cette conception d'État est pourtant fortement contestée par des personnes plurilingues (of Color). L’objectif de la thèse est d’analyser comment la discrimination des enfants plurilingues est construite et légitimée au quotidien dans le domaine de l'éducation de la petite enfance.À cette fin, des entretiens collectifs avec des enseignant-e-s et des parents ont été menés et ont été analysés suivant une approche constructiviste de la « grounded theory ». Les résultats montrent, entre autres, que les enseignant-e-s ne savent pas comment se comporter avec des enfants qui ne parlent pas la langue cible ou se sentent incertain-e-s face à ces enfants. La plupart d’entre elles / eux réagissent face à cette situation en exigeant des enfants de s’adapter et d'apprendre la langue cible par leurs propres moyens à travers une submersion dans cette langue. Les langues «Autres» des enfants et de leurs parents sont relégués au contexte privé et leurs locutrices / locuteurs sont réduit-e-s au silence dans le cadre de l’école maternelle. De cette façon le capital symbolique des enfants parlant une langue « Autre » est exclu de l’institution préscolaire, ce qui contribue à une restriction de leur participation égalitaire aux processus de l'éducation. D'autres enseignant-e-s critiquent ces politiques linguistiques de facto et décrivent en revanche comment ils contribuent à aider les enfants à s’exprimer dans leur(s) langue(s) préférée(s)."

Abstract

Constructions of speechlessness : a study about language power relations in the domain of early childhood education

"Germany and France face similar challenges concerning questions of immigration. Both countries are nation states, in which the majoritarian society is convinced that the people should be unified through speaking a common language. This conception of the nation-state is nevertheless strongly opposed by plurilingual people (of Color). The aim of the thesis is to analyze how a discrimination of plurilingual children is constructed and legitimized in daily life in the domain of early childhood education.To this end, focus group discussions with practitioners and parents have been conducted and analyzed following a constructionist “grounded theory” approach. Findings show, among others, that practitioners do not know or are insecure of how to deal with children who do not speak the target language. Some of them react by expecting children to adapt and to learn the language on their own through "language submersion". The “Other” languages of the children and their parents are relegated to the private context and their speakers are silenced in the ECEC setting. Other practitioners criticize these de facto language policies and describe how they contribute to support children in expressing themselves in their favorite language(s)."



URL :  https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01653094/document


mot(s) clé(s) :  comparaison internationale, petite enfance, discrimination