Veille Ifé

Accueil > Références bibliographiques

Bibliographie de la veille de l’Ifé

DV-136-Vie-scolaire.


  • Algan Yann, Huillery Élise & Prost Corinne (2018). Confiance, coopération et autonomie : pour une école du xxie siècle. Notes Du Conseil Danalyse Economique, vol. n° 48, n° 3, p. 1-12.


  • Auvray Jean-Pierre (2015). Chapitre 16. Logiques de professionnalisation des Conseillers principaux d’éducation. De Boeck Supérieur.

  • Barrère Anne (2002). Un nouvel âge du désordre scolaire : les enseignants face aux incidents. Deviance Et Societe, vol. Vol. 26, n° 1, p. 3-19.
    Résumé : L’institution scolaire est confrontée à un nouvel âge du désordre scolaire, dans le contexte de l’hétérogénéité des publics et de l’incertitude liée aux tâches d’autorité. L’article se propose d’en dessiner les contours, à partir des résultats d’une enquête empirique sur le travail enseignant. L’ère des incidents scolaires se caractérise par la possibilité, largement répandue, de conflits relationnels circonscrits, déclenchés intentionnellement ou non par un élève ou l’enseignant lui-même. Après avoir distingué les incidents d’autres formes de désordre, il s’agira d’en explorer les modalités, et de montrer les compétences que mettent en œuvre les enseignants pour y répondre.


  • Barrère Anne & Martuccelli Danilo (1998). La citoyenneté à l'école : vers la définition d'une problématique sociologique. Revue FranAise De Sociologie, vol. 39, n° 4, p. 651-671. Doi : 10.2307/3323005
    Résumé : Anne Barrère, Danilo Martuccelli : Die Schulbürgerschat : zur Definition einer soziologischen Problematik. Im aktuellen Rahraen der Schwierigkeiten in der Schule und der Beziehungen zu den Normen, wird der Begriff der Schulbürgerschaft mit neuen Bedeutungen belastet. Dieser Aufsatz möchte sie untersuchen und einen polysemischen Begriff problematisieren, durch die Freilegung von vier Hauptdimensionen. Es kann nicht die Rede von der « Krise » der Schulbürgerschaft sein, da diese gerade erst in ihrem Anfang steht in Schulen, die noch nicht vollkommen zu politischen Gemeinschaften geworden sind, wenn sie es auch mehr als in der Vergangenheit sind. Jede dieser Dimensionen ist jedoch anlass zu verschiedenen Spannungen für die Aktoren und birgt durch eine schliessliche Autonomisierung die Gefahr, dass nur noch unterschiedliche Schulbürgerschaften übrig bleiben.


  • Barthélémy Véronique (2017). Les conseillers principaux d’éducation à l’école du genre. In  Ecole des filles, école des femmes. L’institution scolaire face aux parcours, normes et rôles professionnels sexués (p. 193-206). Bruxelles : De Boeck.

  • Barthélémy Véronique (2017). Vers la conceptualisation des pratiques de collaboration du Conseiller Principal d’Education dans un établissement scolaire inclusif (HDR). Nancy : HDR, Université de Lorraine. Consulté à l'adresse http://www.lisec-recherche.eu/content/hdr-vers-la-conceptualisation-des-pratiques-de-collaboration-du-conseiller-principal


  • Barthélémy Véronique (2018). Étude de la Vie Scolaire via les pratiques du Conseiller Principal d’Éducation (CPE) lors de l’inclusion d’élèves en situation de handicap (ESH) : les prémices d’une collaboration ? Les Dossiers Des Sciences De L’éDucation, n° 40, p. 129-150. Doi : 10.4000/dse.3096
    Résumé : L’éducation inclusive transforme l’Ecole en communauté scolaire impliquant les acteurs au fonctionnement de la vie scolaire. Or, les travaux en sociologie de l’école montrent l’existence de relations spécifiques entre chefs d’établissement, professeurs et CPE. L’originalité ici est d’étudier, dans le cas de la scolarisation d’ESH, la vie scolaire en partant des pratiques de l’acteur central, le CPE puisqu’il doit observer une attitude favorisant l’insertion des ESH et assurer un cadre de travail collégial. Ce champ de recherche étant récent, nous optons pour une approche qualitative. Les résultats montrent des CPE développant des relations contrastées et des niveaux variés de collaboration.

  • Barthélémy Véronique (2007). Le Conseiller Principal d’Education : vers la (re)conquête d’une profession ? Recherches & éDucations, n° 15, p. .
    Résumé : Le CPE dans un établissement scolaire peut encore souffrir aujourd’hui d’une image centrée sur la discipline, le respect des règles et de l’ordre malgré une transformation de leur statut depuis une vingtaine d’années. Les enquêtes d’identité montrent par ailleurs un cloisonnement des corps enseignants d’un côté et CPE de l’autre même si des caractéristiques individuelles ou contextuelles peuvent influencer la posture de cet acteur. La question à se poser alors est comment dépasser cette vision de ce métier. Ainsi, en nous référant aux travaux en sociologie de l’éducation et à ceux sur l’analyse des pratiques, nous allons tenter de comprendre comment les CPE peuvent construire leur expertise et leur identité ; ou autrement dit, comment parvenir à la professionnalisation de ce métier ? Nous chercherons à montrer qu’il s’agit de définir et développer des compétences professionnelles non pas uniquement en s’appuyant sur l’expérience mais aussi en se donnant une démarche méthodique, régulière, instrumentée et porteuse d’effets. C’est pourquoi, dans un établissement scolaire, considéré comme une organisation éducative ou un système apprenant, il semble important de repérer les données quantitatives et qualitatives dans un premier temps afin de dresser des diagnostics sur les fonctionnements et dysfonctionnements ainsi que les invariants qui caractérisent la notion d’action ou d’activités. Mais ce travail ne suffit pas ; il est ensuite nécessaire d’analyser ce corpus de données et de choisir les plus pertinentes afin, non seulement, d’améliorer sa pratique mais aussi de construire une vie scolaire efficace.


  • Barthélémy Véronique (2005). Histoire de la vie scolaire: de son évaluation à la construction d'un mode de management collégial. Paris : L'Harmattan.


  • Barthélémy Véronique (2020). Inclusion sans exclusion. Quand CPE et professeurs coopèrent. Paris : L'Harmattan.
    Résumé : Le service public d'éducation doit veiller à l'inclusion scolaire de tous les enfants et accueillir des publics aux profils variés et hétérogènes. L'ensemble des professionnels de l'Ecole a pour mission de prendre en compte cette diversité et de traiter les différentes situations de scolarisation en s'investissant dans des dispositifs mis en œuvre. L'établissement scolaire peut être considéré comme "acteur" de l'inclusion.

  • Barthélémy Véronique (2014). Le Conseiller Principal d’Education au cœur de la vie scolaire :Electron libre ou atome crochu dans ses relations aux acteurs ? Recherches & éDucations, n° 11, p. 67-79.
    Résumé : Les travaux dans le champ de la sociologie de l’éducation sont marqués par une évolution des paradigmes, se focalisant tout d’abord sur l’efficacité scolaire puis sur l’amélioration scolaire. Ainsi, il ne s’agit plus de considérer uniquement les performances des élèves mais d’envisager aussi la construction de la politique éducative. L’ensemble des acteurs de la communauté éducative se verra alors dans l’obligation de s’investir dans le champ de la vie scolaire. Or, cette collaboration n’est pas naturelle et la difficulté résidera dans la capacité du chef d’établissement à construire des projets et des relations entre acteurs. Dans cet article, nous analyserons les liens et tensions existants pour envisager le pilotage de la vie scolaire, et ce autour d’un acteur particulier, le conseiller principal d’éducation (CPE).

  • Belkacem Lila & Chauvel Séverine (2019). Les « cultures d’origine » dans les partenariats école/familles. Agora Debats/jeunesses, vol. N° 83, n° 3, p. 7-24.
    Résumé : Cet article montre comment la notion de culture est placée au cœur de certains dispositifs de coopération entre l’école et les familles catégorisées comme issues de l’immigration. À partir de deux cas de médiation interculturelle, il analyse un effet paradoxal majeur : alors que ces dispositifs visent à créer des ponts entre l’école et les parents et à valoriser les populations faisant l’expérience de la minoration sociale et raciale dans la société française, ils légitiment des conceptions culturalistes qui sont au fondement de ces mêmes processus de minoration, tout en ouvrant un espace d’expression apprécié des parents. Enfin, l’article met en lumière les raisons pour lesquelles ces espaces se maintiennent – voire se multiplient – malgré les attentes hétérogènes des acteur·trice·s engagé·e·s.

  • Bernard Pierre-Yves (2019). Chapitre premier. Le décrochage scolaire, une délimitation problématique. In  Le décrochage scolaire (5eᵉ éd., p. 5-22). Paris : PUF.

  • Bernard Pierre-Yves & Michaut Christophe (2014). « Marre de l’école » : les motifs de décrochage scolaire. Notes Du Cren, n° 17, p. .
  • Bianchini Maria (2003). La professionnalisation des conseillers principaux d’éducation : entre maintien de l’ordre scolaire et éducation à la citoyenneté. In  Le droit et l'école. De la règle aux pratiques (p. 75-87). Rennes : Presses universitaires de Rennes.

  • Blanchard Marianne & Cayouette-Remblière Joanie (2016). V. Les enseignants et professionnels du système éducatif. In  Sociologie de l'école. Paris : La Découverte.


  • Blaya Catherine (2016). Violence scolaire : état des lieux. In  Éduquer et Former. Connaissances et débats en Éducation et Formation (p. 321-326). Auxerre : Editions Sciences Humaines.

  • Bonnéry Stéphane & Douat Étienne (2020). L'éducation aux temps du coronavirus. Paris : La Dispute.
    Résumé : Le 12 mars 2020, face à la pandémie, le Président de la République annonce la fermeture de tous les établissements d'enseignement. Le ministre de l'Education nationale exhorte à assurer la "continuité pédagogique" à distance. Comment, dans l'urgence et l'impréparation, confinés, enseignants et é...

  • Bourdier-Porhel Isabelle (2012). La note de vie scolaire : d'une directive nationale à une application locale. Sociologies Pratiques, n° 25, p. 21-34.

  • Bret Dominique, Dupeyron Jean-François & Riondet Xavier (2019). Introduction. Les Sciences De L'education - Pour L'ere Nouvelle, vol. Vol. 52, n° 4, p. 7-11.


  • Broccolichi Sylvain & Mathey-Pierre Catherine (2010). 9. Un durcissement des oppositions entre « bons » et « mauvais ». In  Sylvain Broccolichi, et al. (éD.), Ecole : les pièges de la concurrence. Comprendre le déclin de l'école française (p. 166-179). Paris : La Découverte.

  • Buisson-Fenet Hélène (2008). Usages de l'usager et distinctions professionnelles : le cas des Conseillers Principaux d'Education. In  Thomas Le Bianic & Antoine Vion (éD.), Action publique et légimités professionnelles (p. 145-159). Nanterre : L.G.D.J.


  • Éducation et territoire : inégalités ou diversité ? (2020). Éducation et territoire : inégalités ou diversité ? (H. Buisson-Fenet & O. Rey, éD.). Lyon : ENS Éditions.
    Résumé : Il a longtemps été considéré que l’échelle nationale était la seule compatible avec les objectifs d’égalité du système éducatif en France. Cette « indifférence » de l’école envers ses territoires est remise en cause depuis quarante ans. Les recherches sociologiques ont d’une part montré que l’uniformité nationale formelle pouvait s’accommoder de larges inégalités réelles de traitement des élèves. La décentralisation et les politiques d’éducation prioritaire initiées dans les années 1980 ont d’autre part amendé le pilotage strictement national de l’éducation. Ce débat est toujours d’actualité, comme le montrent par exemple le lancement de « cités éducatives » dans l’enseignement scolaire ou la différenciation des métropoles universitaires par les « politiques d’excellence ». Faut-il approfondir la diversité territoriale ou maintenir en priorité le cadre national ? Les tensions sont toujours présentes dès qu’il s’agit d’imaginer des décisions éducatives qui prennent leur source autant au niveau local qu’au niveau national. Afin de dresser un bilan des savoirs sur ces questions, ce huitième opus des Entretiens Ferdinand Buisson rassemble des chercheurs spécialistes de la relation entre l’éducation et ses territoires, de l’école rurale à l’université, ainsi que des responsables éducatifs, au niveau national et local, qui se sont particulièrement investis dans la dimension territoriale de l’éducation.

  • Burdin Claire (2020). « Comme ils se parlent. » Les spécificités des entretiens entre des CPE et des parents de collégiens qui ont enfreint les règles. Carrefours De L'education, n° 49, p. 97-114.
    Résumé : L’entretien individuel avec des parents est envisagé comme une modalité d’échange permettant de négocier les termes de la coéducation mais, majoritairement, il reste un espace configuré par les professionnels qui recherchent, par différentes stratégies, l’adhésion du parent à leurs propositions. Compte tenu du rôle d’intermédiaire en établissement que joue le Conseiller principal d’éducation (CPE) en collège, l’approche en didactique professionnelle proposée par Vinatier nous permet de questionner quelles sont les spécificités des interactions verbales entre les CPE et les parents, dans des situations où l’élève a enfreint les règles. L’analyse transversale de 95 entretiens enregistrés par 10 CPE travaillant dans des collèges publics, révèle leur nature : ils visent l’information, le recadrage et/ou le suivi de l’élève. Le positionnement des parents apparaît comme majoritairement coopératif dans ces entretiens. Les CPE y sont principalement en position haute mais de nombreuses situations semblent plus symétriques lorsque les parents contestent, se confient ou surtout quand une alliance entre adultes s’instaure. Ces situations d’entretiens semblent pouvoir être regroupées au sein d’une même classe pour laquelle les CPE ont développé des schèmes d’action leur permettant de composer avec différents enjeux en tension.

  • Canvel André, Florin Agnès, Pilard Pierre, et al. (2018). Santé, bien-être et climat scolaire. Administration Education, vol. N° 157, n° 1, p. 67-72.


  • Castagnet Véronique & Condette Jean-François (2020). Histoire des élèves en France. Volume 1. Parcours scolaires, genre et inégalités (XVIIe-XXe siècles). Lille : Presses universitaires du Septentrion.
    Résumé : Si l'élève n’est pas un nouvel oublié de l’histoire, il est cependant assez peu présent dans les études historiques en éducation, alors que les enseignants, les administrateurs, les contenus scolaires ou l’évolution de la législation le sont bien davantage. Il s’agit ici de placer l’élève au centre des analyses, qu’il soit sous l’autorité d’un précepteur ou intégré dans un établissement scolaire, et de l’étudier sur la longue durée des XVIIe-XXe siècles. Les parcours scolaires des élèves sont scrutés au plus près des sources existantes, dans dix-sept études de cas mises en relation avec le contexte national. Il s’agit de saisir le poids des déterminismes sociaux, économiques, culturels mais aussi géographiques, et de mesurer la part de liberté individuelle ou familiale qui demeure dans le choix de la fréquentation de tel ou tel établissement. La dimension genrée de ces choix et déterminismes est aussi prise en compte, tout comme l’étude de l’influence des événements politiques.


  • Catheline Nicole (2018). Le harcèlement scolaire. Paris : PUF.
    Résumé : Tous les matins, Léo, onze ans, part pour l’école avec la boule au ventre. Ses notes baissent. Il dort mal. Depuis six mois, ses camarades l’humilient. Il est victime de harcèlement. Moqueries, brimades, coups, racket, insultes ou photos compromettantes postées sur les réseaux sociaux… Le harcèlement scolaire, longtemps nié ou considéré comme un rite de passage, se révèle pourtant lourd de conséquences. Combien d’adolescents ont cru ne trouver d’autre échappatoire que dans le suicide ? Combien d’enfants le « jeu du foulard » a-t-il tué ? Dans la cour de récréation comme sur Internet, le phénomène a pris une ampleur inquiétante. Dysfonctionnement du groupe, climat scolaire détérioré, intolérance, défaut d’empathie : les causes en sont multiples. Mais le docteur Catheline entend réaffirmer qu’il n’est pas une fatalité et fournit ici des clés essentielles pour sortir de cette spirale infernale.

  • Cavet Agnès (2009). Quelle vie scolaire pour les élèves ? Dossier D'actualit, n° 49, p. .
  • Charles Frédéric (2002). L'accès au champ des professions de l'éducation : le cas des CPE. In  Sébastien Ramé (éD.), Insertions et évolutions professionnelles dans le milieu enseignant (p. 123-146). Paris : L'Harmattan.

  • Chartier Marie, Rufin Diane & Pelhate Julie (2014). Les enseignants dans l'entretien individuel avec les parents : entre souci de la relation et exigence d'efficacité. Education Et Societes, n° 34, p. 39-54.
    Résumé : Éléments constitutifs de la relation école-familles, 164 entretiens individuels entre enseignants et parents d’élèves ont été observés dans trois écoles du Réseau d’enseignement prioritaire de Genève. Pour approcher le vécu des enseignants, leurs objectifs, leurs postures et stratégies de communication, ces observations ont été suivies d’un entretien avec les enseignants, principaux entrepreneurs de ces rencontres qu’ils sollicitent et souvent orchestrent en les cadrant et en imposant leurs séquences à l’entretien. L’article analyse les informations échangées (résultats, comportement de l’élève, etc.), la diversité des registres (empathie, autorité...) et des propositions d’action des enseignants (recours à des spécialistes extérieurs, conseils éducatifs...). Les auteurs montrent que, face à eux, les parents d’élèves, loin d’être passifs, témoignent d’une hétérogénéité d’attitudes, de postures (résistance, reconnaissance...) et de stratégies. L’analyse des entretiens individuels révèle l’hybridation des enjeux et des logiques dans la relation entre école et familles. Le partenariat affiché s’en trouve interrogé : relation conviviale ou entretiens formalisés, dépersonnalisés, entre partenaires potentiels ou reconnaissance rhétorique ? Les effets produits s’écartent des principes de l’institution scolaire sur le développement de la relation école-familles.

  • Chauvigné Céline (2014). La formation des conseillers principaux d’éducationEnjeux et perspectives. Recherches & éDucations, n° 11, p. 93-104.
    Résumé : Dans le cadre d'un numéro spécial consacré au conseiller principal d'éducation comme acteur éducatif méconnu du système scolaire, notre réflexion s'est portée sur les processus et logiques permettant à ce professionnel d'accéder à ses fonctions et de se préparer à l'exercice du métier. Nous nous sommes attachés par le biais d'une analyse des modalités de recrutement et de formation à identifier et à interroger les orientations de cette préparation d'une entrée dans le métier pour appréhender la diversité des personnes et des situations qu'il sera amené à rencontrer.

  • Chevalier Dominique & Leininger-Frézal Caroline (2020). Des lieux pour apprendre et des espaces à vivre : l’école et ses périphéries. Des places et des agencements. Places for learning and spaces for living : the school and its surroundings. Places and layouts. GOcarrefour, vol. 94, n° 1, p. .
    Résumé : Ce numéro de Geocarrefour consacré aux « lieux pour apprendre » et « aux espaces à vivre », qu’il s’agisse de l’école ou de ses périphéries, propose d’éclairer ce qui se trame et ce qui se joue dans les différents lieux d’apprentissages et espaces de l’enseignement primaire ou secondaire, à différentes échelles d’analyse. Entre construction matérielle et construction sociale, l’école reste encore souvent présentée ou perçue comme une sorte de sanctuaire, un espace quasi sacré où les règles q...

  • Chevit Bénédicte (2012). La division du travail de contrôle des élèves au collège. Sociologies Pratiques, n° 25, p. 61-72.

  • Chevit Bénédicte (2003). Le contrôle des élèves au collège : conditions, organisation et pratiques dans quatre établissements contrastés (These de doctorat). Paris 8.
    Résumé : La thèse est consacrée au contrôle des élèves au collège, c'est-à-dire au contrôle du comportement ordinaire des élèves ainsi qu'au traitement des comportements déviants et/ou perturbateurs. Ainsi entendu, le contrôle des élèves est envisagé comme une composante du travail des agents et des catégories d'agents des collèges (chefs d'établissement, conseillers d'éducation, enseignants, surveillants et aides éducateurs). La recherche analyse quelles sont les conditions de ce travail et à quelles organisation et pratiques il donne lieu. Elle repose sur l'étude de quatre collèges ayant fait l'objet d'une enquête de terrain. Le recrutement respectif de ces établissements (populaire, intermédiaire ou favorisé) est un des principes de variation essentiels. S'appuyant sur une distinction entre le contrôle des élèves hors cours et en cours, la thèse montre en particulier que chaque catégorie d'agents admet que sa situation de travail comporte une part de travail de contrôle des élèves, tout en attendant des autres catégories un travail de contrôle précis.

  • Clavier Loïc (2014). L’évaluation des Conseillers principaux d’éducation. De l’adéquation d’un outil en décalage avec l’évolution de la professionnalisation des CPE. Recherches & éDucations, n° 11, p. 81-92.
    Résumé : Si 1996 est l’année de réforme du concours, elle est aussi celle de la consolidation d’un mouvement déjà amorcé avec l’entrée des stagiaires conseillers principaux d’éducation (CPE) au sein des Instituts Universitaires de Formation des Maîtres(IUFM). Ce qui se joue sur le terrain pour les titulaires en termes d’affirmation de pratiques éducatives vient nourrir la formation des stagiaires. Nos recherches montrent une lente percolation entre ce qui se passe en établissement et ce qui se passe en IUFM. Pendant que les personnels d’éducation se saisissent de la réflexion sur leur métier, l’évaluation menée par les chefs d’établissement ou les inspecteurs utilise toujours les mêmes outils. Nous voulons montrer ici que ces outils sont inadaptés aux nouvelles pratiques parce qu’ils ne prennent plus en compte les spécificités de ce métier. Nous proposons de construire une évaluation plus complète en y agrégeant de nouvelles dimensions évaluatives plus pertinentes.


  • Clerc Pascal (2020). La salle de classe : un objet géographique. GOcarrefour, vol. 94, n° 1, p. . Doi : 10.4000/geocarrefour.14426
    Résumé : La salle de classe est un objet géographique peu étudié. C’est une question d’échelle dans la mesure où les géographes ont longtemps négligé l’étude des petits espaces. C’est aussi la conséquence d’une conscience assez faible de l’importance des relations entre les agencements spatiaux et les pratiques pédagogiques. Cet article éclaire ces relations en étudiant l’histoire de l’invention de la salle de classe comme espace codifié et les principaux dispositifs spatiaux mobilisés en fonction de choix politiques et éducatifs. Cet article montre les impacts de ces dispositifs sur les modalités de territorialisation, sur les corps – les postures et les mouvements –, sur les lieux et la circulation des savoirs.

  • CNESCO (2017). Qualité de vie à l’école. Paris : CNESCO. Consulté à l'adresse http://www.cnesco.fr/fr/qualite-vie-ecole/

  • Condette Jean-François (2014). Ce « rôle tout négatif » d’un « personnel à part » ? Le surveillant général à la fin du XIXe siècle. Recherches & éDucations, n° 11, p. 17-38.
    Résumé : Le surveillant général représente, dans le système scolaire français, une figure emblématique incarnant l’ordre et la discipline. Pendant longtemps, la fonction reste peu définie et le recrutement, même si des diplômes sont exigés, s’effectue principalement en fonction de l’expérience acquise et de l’estime que lui portent ses supérieurs hiérarchiques. Le surveillant général apparaît avant tout comme la personne venant combler les vides disciplinaires et administratifs laissés par d’autres, ses supérieurs, les enseignants mais aussi les surveillants placés sous sa responsabilité. Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle qu’il voit s’ouvrir son champ d’intervention par les réformes qui vont affecter la vie scolaire.

  • Condette Sylvie (2013). État de la recherche sur le métier de conseiller principal d'éducation. Carrefours De L'Ducation, n° 35, p. 105-131.

  • Condette Sylvie (2014). Conseiller(e) principal(e) d’éducation. Evolutions et enjeux professionnels d’un métier méconnu. Recherches & éDucations, n° 11, p. 13-15.
    Résumé : Lorsque l’on étudie le système scolaire français, et plus particulièrement l’organisation et le fonctionnement des établissements secondaires, on ne s’aperçoit pas tout de suite qu’il existe un métier spécifiquement dédié à l’éducation des élèves. Plusieurs raisons peuvent ici être avancées. Tout d’abord, la notion même d’éducation est à considérer comme un bien collectif et un objectif partagé, correspondant en principe au dénominateur commun de l’ensemble des métiers différents et complémen...

  • Condette-Castelain Sylvie (2009). L'implication des élèves dans la vie de l'établissement : regards croisés des enseignants et des conseillers principaux d'éducation. Carrefours De L'education, n° 28, p. 53-64.
    Résumé : Les élèves de l’enseignement secondaire français ont officiellement acquis des droits, assortis d’obligations, voilà bientôt vingt ans, et cela pose toujours aujourd’hui des difficultés dans la reconnaissance effective de ces droits. Des divergences existent entre les personnels, selon le statut professionnel qu’ils occupent mais aussi en fonction de la conception qu’ils se font de l’élève et de sa place dans l’établissement. On voit ainsi se dessiner différents profls d’éducateurs, certains privilégiant la responsabilisation de l’élève, d’autres se montrant plus réticents face à des jeunes qui pourraient remettre en cause leur autorité. En cela, la formation professionnelle semble être un levier utile pour appréhender de manière collective les difficultés inhérentes à l’ensemble des métiers de l’éducation et tenter d’y apporter des outils pour que chacun puisse se construire progressivement une professionnalité qui prenne en considération la responsabilisation des élèves et leur participation à la vie de l’établissement.

  • Cornu Laurence (2011). Le plaisir et l'ennui à l'école. Revue Internationale D'Ducation De Svres, n° 57, p. 39-50.


  • Cottin Patrick, Lanchon Anne & Le Pennec Anne (2018). Accompagner les adolescents. Nouvelles pratiques, nouveaux défis pour les professionnels. Toulouse : ERES.

  • Cour des comptes (2020). Les médecins et les personnels de santé scolaire. Paris : Cour des comptes. Consulté à l'adresse https://www.ccomptes.fr/fr/documents/51825

  • Couronné Julie (2017). Des éducateurs de rue à l’épreuve du collège. Les Sciences De L'education - Pour L'ere Nouvelle, vol. Vol. 50, n° 4, p. 45-65.
    Résumé : À partir d’une enquête ethnographique, cet article étudie l’intervention de la prévention spécialisée dans la recherche de solutions à l’« absentéisme scolaire ». Il a pour objectif d’analyser le processus de déplacement de la prévention spécialisée, de la rue vers les collèges. Les éducateurs de prévention spécialisée, relevant du secteur de la Protection de l’enfance, réaffirment leur mission protectrice sur le territoire de l’école et sacrifient leurs principes d’intervention pour coopérer avec les acteurs scolaires. Ils se mobilisent auprès de certains adolescents pour maintenir des scolarités, même irrégulières, afin de les protéger. Ce déplacement de territoire et de positionnement entraine une recomposition importante de leurs pratiques professionnelles.

  • Darlington Emily & Masson Julien (2019). Articuler inégalités sociales, équité, citoyenneté et solidarités en promotion de la santé : enjeu et perspectives. ÉDucation, Sant, SociTS, vol. 6, n° 1, p. 7-22.
    Résumé : Ce numéro de la revue Éducation, Santé, Sociétés vise à proposer une réflexion critique sur l'articulation de l'éducation à la santé et de la prévention, dans une perspective promo-trice de santé fondée sur l'équité, la citoyenneté et la solidarité. À travers une collection d'expériences de terrain, de réflexions éthiques, et d'exercices critiques, ce numéro en-tend questionner les fondements théoriques et conceptuels de la conception des stratégies d'éducation à la santé et de prévention, jusqu'à leur articulation dans la mise en oeuvre des actions et dispositifs de terrain. Notre perspective se positionne dans la lignée des approches multi-référentielles et d'analyse plurielle (Ardoino, 1990) répondant à la com-plexité des phénomènes étudiés par la recherche en promotion de la santé. Une telle complexité nécessite la croisée des regards de différentes disciplines, l'articulation de dif-férents types de savoirs pour espérer acquérir une compréhension fine et cohérente du caractère holistique de ces phénomènes complexes (Koelen et al., 2001). Ce numéro ou-vert à l'ensemble de la communauté scientifique assume donc la diversité des points de vue, la complémentarité des disciplines et la singularité des territoires dans le choix des articles présentés, dans le prolongement de réflexions largement mises en débats lors de la 7 e édition du colloque international du réseau Unirés à Paris, en octobre 2018.


  • Debarbieux Eric & Fournier Martine (2016). Pédagogie contre violence ? In  Éduquer et Former. Connaissances et débats en Éducation et Formation. (p. 327-333). Auxerre : Editions Sciences Humaines.

  • Devineau Sophie (2018). La vulnérabilité des assistant.e.s maternel.le.s, un frein au développement professionnel. Empan, vol. n° 109, n° 1, p. 130-136.
    Résumé : La vulnérabilité des assistantes maternelles constitue un frein au développement professionnel. Parmi les obstacles, on relève le statut social, la configuration de l’espace de travail dans la sphère domestique, la solitude autant que les petits arrangements familiaux. Des conditions d’un travail précaire qui renforcent les assignations de genre faites aux femmes peu diplômées, mariées et ayant des enfants, dont le foyer est installé en zone périurbaine et à la campagne. De surcroît, l’invisibilisation des actes éducatifs contribue au défaut de reconnaissance de l’activité.

  • Douat Étienne (2012). Ouvrir ou protéger le collège : de quelques paradoxes des collèges de secteurs populaires dans les années 2000. Sociologies Pratiques, vol. n° 25, n° 2, p. 35-46.
    Résumé : <titre>R&#233;sum&#233;</titre>De plus en plus soumis &#224; des injonctions contradictoires les acteurs &#233;ducatifs exer&#231;ant dans les coll&#232;ges de quartiers populaires d&#233;veloppent des pratiques a priori paradoxales. Au nom de l&#8217;id&#233;al d&#8217;un coll&#232;ge unique, pour tous et ouvert, ils travaillent dans le sens de l&#8217;accueil et du maintien du plus grand nombre dans l&#8217;&#233;tablissement, tentent de raccrocher les &#233;l&#232;ves les plus en difficult&#233;, et s&#8217;ouvrent parfois aux partenaires &#233;ducatifs locaux. Mais suivant le pr&#233;suppos&#233; &#8211; toujours tr&#232;s puissant &#8211; du caract&#232;re in&#233;ducable ou ing&#233;rable de certains jeunes, et au nom des &#171;&#160;risques&#160;&#187; qu&#8217;ils incarnent, ces acteurs &#8211; le plus souvent ambivalents &#8211; &#339;uvrent dans le sens de leur exclusion ou de leur &#171;&#160;filtrage&#160;&#187; et participent, souvent &#224; leur insu, &#224; un mouvement de fermeture du coll&#232;ge.

  • Douat Étienne (2010). Au nom de la lutte contre l'absentéisme scolaire. Mouvements, vol. n° 62, n° 2, p. 99-107.
    Résumé : <titre>R&#233;sum&#233;</titre>&#192; la fin des ann&#233;es 1990, l&#8217;absent&#233;isme scolaire est devenu une question de s&#233;curit&#233; int&#233;rieure. Il s&#8217;agit de &#171; socialiser &#187; voire de &#171; civiliser &#187; des jeunes des classes populaires, particuli&#232;rement d&#233;crocheurs et donc potentiellement dangereux. Cette insistance a produit un arsenal l&#233;gislatif et de pratique qui a conduit les &#233;tablissements &#224; exercer un contr&#244;le toujours plus serr&#233; et un &#171; pointage &#187; des &#233;l&#232;ves visant &#224; les soumettre &#224; l&#8217;autorit&#233;. Cette gestion permet de traiter le probl&#232;me de l&#8217;absent&#233;isme comme ext&#233;rieur &#224; l&#8217;&#233;cole et &#233;vacue la responsabilit&#233; de l&#8217;institution et des enseignants dans ces situations de d&#233;crochage.

0 | 50 | 100 | 150

--- Exporter la sélection au format