Veille Ifé

Accueil > Références bibliographiques

Bibliographie de la veille de l’Ifé

DV-115-EMI.


  • Aillerie Karine (2012). Pratiques juvéniles d'information : de l'incertitude à la sérendipité . Documentaliste-Sciences De L'information, vol. 49, n° 1, p. 62-69. Consulté de http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=DOCSI_491_0062

  • Aillerie Karine (2011 00). Pratiques informationnelles informelles des adolescents (14 - 18 ans) sur le Web (phdthesis). Université Paris-Nord - Paris XIII. Consulté de https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00653958/document
    Résumé : A partir d'une lecture analytique d'enquêtes générales et du matériau collecté lors d'une investigation de terrain (59 entretiens semi directifs auprès de jeunes âgés de 14 à 18 ans, scolarisés et disposant d'une connexion internet à domicile), nous proposons d'approcher la réalité des pratiques informationnelles informelles d'un groupe d'adolescents. Est ainsi abordée l'individualité discriminante de ces pratiques au travers d'une typologie basée sur l'usage du Web comme moyen d'information. Ce travail met en lumière la place prépondérante des recherches scolaires, prescrites ou non, au sein de ces usages ordinaires en même temps qu'il insiste sur l'initiative individuelle comme marqueur d'un rapport de plus en plus individualisé et implicite à l'information et donc aussi à la connaissance. Pour certains de ces jeunes, un véritable projet informationnel s'élabore en effet sur la base d'initiatives de recherche, souvent prises au domicile, entremêlant sujets de recherche personnels et scolaires. Des représentations, de la compétence internaute et informationnelle en particulier, sont également mises au jour qui permettent d'insister sur la forte dépendance des jeunes usagers de l'internet à l'égard des performances affichées par les outils de recherche, aux dépens de leur capacité propre à vouloir s'informer. C'est, enfin, à une redéfinition possible de la notion de pratique dans les environnements socio techniques numériques que contribue cette recherche.


  • Attewell Paul (2001). Comment: The First and Second Digital Divides . Sociology Of Education, vol. 74, n° 3, p. 252-259. http://doi.org/10.2307/2673277
  • Baltz Claude (1998). Une culture pour la société de l'information ? Position théorique, définition, enjeux. . Documentaliste, vol. 35, n° 2, p. .
  • Beguin-Verbrugge Annette (2010). préface Dans . Présenté à L'éducation à la culture informationnelle, Villeurbanne.


  • Bennett Sue et al. (2008). The ‘digital natives’ debate: A critical review of the evidence . British Journal Of Educational Technology, vol. 39, n° 5, p. 775-786. http://doi.org/10.1111/j.1467-8535.2007.00793.x
    Résumé : The idea that a new generation of students is entering the education system has excited recent attention among educators and education commentators. Termed ‘digital natives’ or the ‘Net generation’, these...
  • Bernhard Paulette (1998). Apprendre à "maîtriser" l'information : des habiletés indispensables dans une "société du savoir" . ÉDucation Et Francophonie, vol. 26, n° 2, p. .

  • Blaya Catherine & Alava Seraphin (2012). Risques et sécurité des enfants sur Internet: rapport pour la France - résultats de l’enquête EU Kids Online menée auprès des 9-16 ans et de leurs parents en France (Monograph). Consulté de http://www.eukidsonline.net/


  • Boubée Nicole (2008). Les stratégies des jeunes chercheurs d’informations en ligne . Questions De Communication, n° 14, p. 33-48. http://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.661
    Résumé : Les études sur l’activité de recherche d’information sont généralement menées à partir de la distinction entre experts et novices. Elles montrent que les jeunes utilisent de préférence la navigation à la formulation de requêtes. L’étude analyse les stratégies mises en œuvre et commentées par 15 binômes de collégiens et lycéens. Les résultats indiquent au contraire que la formulation de requête est la stratégie la plus utilisée. Lorsqu’ils explorent le Web à l’aide de moteurs de recherche, les jeunes peuvent inventer des opérateurs et prendre appui sur les termes des pages de résultats pour compenser leurs difficultés dans l’élaboration des requêtes. Ils appliquent plusieurs critères de pertinence dans l’évaluation des documents secondaires. L’activité et les explicitations de leur activité signalent une recherche d’information active. L’analyse des interactions des jeunes avec les moteurs de recherche peut fournir une base pour appréhender la nature située de leur activité de recherche d’information.

  • Boubée Nicole & Tricot André (2011). L'activité informationnelle juvénile. Paris: Hermes Science Publications.

  • boyd danah (2016). C'est compliqué : les vies numériques des adolescents. Caen: C&F Éditions.
    Résumé : Pouvez-vous parler à ma mère ? Lui dire que je ne fais rien de mal sur internet ? Pour répondre aux angoisses des adultes devant les médias sociaux, danah boyd est partie à la rencontre des adolescents. Loin du sensationnel médiatique, les paroles recueillies expriment le désir farouche des jeunes d'accéder à une vie sociale dans des espaces publics. En confrontant les théories sociologiques et les pratiques des adolescents, danah boyd nous offre une contribution majeure autant qu'un véritable message d'espoir et de confiance dans la jeunesse. " C'est compliqué ", statut sentimental favori des adolescents sur Facebook, sert ici de métaphore espiègle pour nous inciter à prendre en compte tous les aspects de leurs vies numériques.
  • Cultures numériques, éducation aux médias et à l’information (2013). Cultures numériques, éducation aux médias et à l’information (E. Bruillard & M. Lamouroux, éD.). Paris: CNDP.
    Résumé : Des clés pour comprendre les mutations en cours dans la transmission des savoirs, des idées pour développer de nouvelles pratiques éducatives et pédagogiques.

  • Buckingham David (2010). La mort de l'enfance : Grandir à l'âge des médias. Paris: Armand Colin.
    Résumé : Notre société hypermédiatique aurait tué l’enfance. Face à l’omniprésence d’Internet, des jeux vidéo, de la télévision, il ne serait plus possible de se construire normalement, de cultiver son propre univers et ses jardins secrets. Désormais, dès sa naissance, l’enfant serait exposé, sans filtres ni contrôles, à la violence et au consumérisme de notre société. La frontière entre adultes et enfants n’existerait plus. Traduit pour la première fois en français, cet ouvrage constitue l’enquête la plus fine et la plus documentée sur les rapports entre enfance et médias. David Buckingham y pointe les défis à relever pour affronter la multiplication des nouvelles technologies, la privatisation des médias et de l’espace public. Pour lui, il n’est plus temps de chercher à exclure les enfants du monde des adultes, mais de concevoir de nouvelles règles afin de les protéger et de renforcer leurs droits de jeunes citoyens et de consommateurs. Fruit de nombreuses enquêtes, cet ouvrage revisite, à nouveau frais, sans angélisme ni nostalgie, un problème crucial pour l’avenir de nos sociétés. Destiné principalement aux étudiants et enseignants de sociologie, d’information-communication et de sciences de l’éducation, il devrait aussi intéresser les professionnels des médias, les éducateurs, les spécialistes de l’enfance et tous ceux qui souhaitent comprendre ce que ce tournant majeur signifie.
  • Cattelin Sylvie (2004). L'abduction : une pratique de la découverte scientifique et littéraire. . Herms, n° 34, p. 179-185.

  • Chapron Françoise & Delamotte Eric (2010). L'éducation à la culture informationnelle. Villeurbanne: Ecole Nationale Supérieure des Sciences de l'Information et des Bibliothèques.
    Résumé : L'éducation à la culture informationnelle (Lille, octobre 2008 - sous le patronage de l'Unesco) présente les regards de chercheurs, de praticiens ou de représentants d'institutions sur cette notion et ouvre de larges perspectives interdisciplinaires. Le nouveau concept de " culture informationnelle " est proposé par la communauté internationale pour mieux appréhender la complexification actuelle des relations entre l'enseignement, l'éducation et l'information, liée au développement exponentiel des technologies numériques. Quel rapport entretient l'éducation à l'information (information literacy) avec l'éducation aux médias (media literacy) et l'éducation numérique (digital literacy) ? Le périmètre de la " culture informationnelle " s'étend maintenant clairement au-delà du monde de la documentation et des bibliothèques. La notion même doit être précisée, revue, alors que les pratiques continuent d'évoluer. Une place importante est consacrée dans l'ouvrage à l'analyse comparée des approches théoriques et de plusieurs expériences menées dans différents pays.

  • Chapron Françoise & Delamotte Éric (2009). Vers une éducation à la culture informationnelle : jalons et perspectives . Documentaliste-Sciences De L'information, vol. 46, n° 1, p. 4-11. Consulté de http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=DOCSI_461_0004

  • Cordier Anne (2012). Et si on enseignait l’incertitude pour construire une culture de l’information ? . Communication Et Organisation, n° 42, p. 49-60. Consulté de http://communicationorganisation.revues.org/3851
    Résumé : À partir d’une étude qualitative menée en milieu scolaire, nous engageons une réflexion sur les modalités de l’enseignement de la culture de l’information. Un enseignement dont il nous semble que la clé de voûte devrait être l’incertitude, vue comme un principe d’ordonnancement des pratiques pédagogiques visant à donner des clés de compréhension et d’action pour mener une recherche d’information dans un environnement complexe.

  • Cordier Anne (2015). Grandir connectés : les adolescents et la recherche d'information. Caen: C&F Editions.
    Résumé : Rencontrer les élèves des collèges et lycées, mettre au jour leur imaginaire de l'internet : Anne Cordier veut se confronter au réel pour éviter les préjugés et les discours marketing sur les jeunes et les réseaux. Loin des mutants annoncés par certains auteurs médiatiques, elle a croisé des jeunes qui ont besoin de comprendre ce qui se joue derrière les écrans. Leur savoir-faire est évident, mais il masque des difficultés à construire une image mentale de l'information numérique. les nombreuses paroles d'élèves, recueillies patiemment au sein de l'école dessinent un paysage contrasté, qui devrait aider parents, enseignants et professionnels de l'information à accompagner les adolescents pour qu'ils deviennent des acteurs et des citoyens du numérique.

  • Cordier Anne & Liquète Vincent (2013). La translittératie, un facteur de réagencement de l'organisation scolaire ? Dans . Présenté à 19ème Colloque Bilatéral Franco-Roumain en Sciences de l'Information et de la Communication, Bucarest. Consulté de https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_01066402/document
    Résumé : Par l'entrée en son sein de pratiques issues de sphères sociales extérieures, auxquelles le numérique n'est pas étranger, l'organisation scolaire se trouve questionnée, dans ses fondements structurels comme dans ses modalités de communication, de formation et d'accompagnement des jeunes. Cette dialectique entre logiques individuelles et sociales est d'autant plus prégnante avec l'émergence de dispositifs d'information-documentation incitant au déploiement de compétences translittéraciques. Nous proposons d'analyser les modalités selon lesquelles la translittératie nous semble un facteur de réagencement de l'organisation scolaire. Nous nous appuierons sur des données recueillies dans le cadre d'un projet de recherche que nous menons sur les compétences translittéraciques au sein des lycées.

  • Corroy Laurence (2016). Education et médias. Londres: ISTE Éditions.

  • Corroy-Labardens Laurence et al. (2015). Education aux médias à l'heure des réseaux. Paris: Editions L'Harmattan.
    Résumé : L éducation aux médias dans le contexte globalisé et répandu des TIC et des réseaux sociaux revêt une importance toute particulière. Lenjeu éducatif et de permettre d accéder aux médias, de comprendre et apprécier avec un sens critique, les différents aspects et leurs contenus. A travers des contributions issues de terrains divers, cet ouvrage tente d analyser le contexte d usage des technologies et leurs incidences sur nos comportements et nos représentations. Il interroge sur nos rapports avec la technologie.

  • Endrizzi Laure (2006). L'éducation à l'information . Lettre D'information, n° 17, p. . Consulté de http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=17&lang=fr
    Résumé : La capacité à donner du sens à l’information pléthorique, éparse et hétérogène qui compose notre environnement à la fois personnel, culturel, social et professionnel représente un enjeu majeur pour réaliser la transition nécessaire de la société de l’information Vers les sociétés du savoir (Unesco, 2006). S’ajoutent désormais aux compétences de base telles que le « lire-écrire-compter » l’apprendre à apprendre et tout particulièrement la compétence à chercher, à évaluer et à utiliser l’information : c’est ce que recouvre la notion d’« information literacy ». L’« information literacy » (IL) n’est pas un concept nouveau ; dès 1989, le rapport final du Presidential Committee on Information Literacy de l’American Library Association (ALA) pose les fondements d’une pédagogie de l’IL dans les systèmes éducatifs, en plaçant les bibliothèques au centre du dispositif. Aujourd’hui l’IL sort des cercles de bibliothécaires et professionnels de l’information dans lesquels il est né pour interpeller la communauté éducative toute entière et, en particulier, des instances internationales telles que l’Unesco. Le Programme Information Pour Tous (PIPT) inscrit clairement l’« information vivante » (Living information, 2006) dans ses priorités pour le « renforcement des capacités » et place l’accès et l’utilisation de l’information au rang des droits universels de chaque être humain. Bien évidemment, les technologies de l’information et de la communication ne sont pas étrangères à ce changement d’échelle, qui consacre l’évolution d’une conception de l’éducation à l’information fortement liée à l’usage de la bibliothèque (recherche documentaire) vers une conception multiforme incluant une diversité de médias (textuels, visuels, audio, etc.), des savoir-faire techniques oscillant entre coopération et personnalisation, et des dispositions cognitives pour produire, échanger et transformer les connaissances. Cet élargissement s’accompagne donc d’une nécessaire redéfinition du concept et, corrélativement, de raffinements sémantiques qui ne contribuent guère à promouvoir une représentation claire de ce que recoupe l’éducation à l’information. De même, la publicisation des débats hors des associations de professionnels de l’information impulse en quelque sorte un nouvel élan qui place la fonction documentaire au cœur des TICE (Dossier de l’ingénierie éducative, n° 49, décembre 2004) et, inversement, les TICE au cœur de la fonction documentaire, ce qui paradoxalement fragilise le rôle des bibliothèques tout en questionnant fortement la relation bibliothécaire-enseignant. Dans cette Lettre, nous nous appuierons sur quelques publications récentes pour apporter un éclairage international sur les évolutions conceptuelles de l’éducation à l’information et ses mises en pédagogie dans le contexte de l’enseignement scolaire – essentiellement le secondaire – avec un focus particulier sur le rôle des bibliothèques.
  • Endrizzi Laure (2012). Jeunesses 2.0 : les pratiques relationnelles au coeur des médias sociaux. . Dossier D'actualit Veille Et Analyse, n° 71, p. .
    Résumé : En 10 ans, les pratiques d'internet ont considérablement évolué. Les écrans sont devenus omniprésents, notamment avec l'essor des technologies mobiles, et l'informatique connectée s'est banalisée, au point de mobiliser désormais une grande partie de notre temps libre. Aujourd’hui l’attractivité des médias sociaux est plus forte que celle des portails commerciaux, l’audience mondiale de Facebook dépasse celle d’Ebay. Dans quelle mesure ces nouvelles pratiques médiatiques concurrencent-elles les loisirs plus traditionnels et impactent-elles les sociabilités ? Les jeunes, dont les usages semblent plus diversifiés et plus intensifs que ceux de leurs aînés, incarnent-ils un renouveau générationnel ? En quoi leurs amitiés numériques sont-elles différentes des amitiés de la « vraie vie » et permettent-elles d’explorer de nouvelles façons de vivre ensemble ? Les risques perçus (et sur-médiatisés) correspondent-ils à des risques réels ? Comment l’extimité renouvelle-t-elle les frontières entre vie publique et vie privée ? Les différentes formes d’exposition de soi en ligne favorisent-elles une remise en cause ou un renouvellement des normes sociales ? Ces pratiques exploratoires sont-elles le ferment d’apprentissages sociaux autonomes qui fragilisent les apprentissages scolaires ? Au-delà des discours technophobes ou technophiles courants, voici donc quelques unes des questions que soulève ce nouveau dossier d’actualité du service Veille et analyses de l’IFÉ, intitulé Jeunesses 2.0 : les pratiques relationnelles au cœur des médias sociaux.

  • Feyfant Annie (2010). L'éducation à la citoyenneté . Dossier D'actualit Vst- Inrp, n° 57, p. . Consulté de http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=57&lang=fr
    Résumé : Depuis une dizaine d'années, la notion d'éducation à la citoyenneté est présente dans les déclarations institutionnelles et dans les travaux de recherche en éducation. Préconisé par le Conseil de l'Europe dès 1997, c'est essentiellement le concept d'éducation à la citoyenneté démocratique (ECD) que l'on rencontre dans les discours institutionnels et dans la littérature de recherche. Autre notion très présente, la citoyenneté active se traduit par la participation des élèves à différents niveaux de la société, de la classe à la ville. Troisième approche, l'éducation à la citoyenneté globale - notion floue, très anglo-saxonne et nord européenne - tend à gommer la dimension politique de l'éducation à la citoyenneté, au nom d'un idéal universaliste. Autre point de tension, la possible contradiction entre les objectifs de l'ECD et une mise en oeuvre orientée vers la citoyenneté nationale, au nom de l'histoire, dans les démocraties récentes, ou des événements d'actualité (attentats de 2001 ou 2005). De ce fait, la réalité de l'éducation à la citoyenneté démocratique n'est pas la même d'un pays à l'autre. Le mode de fonctionnement politique, économique ou social du pays infléchit le mode d'introduction de l'ECD dans les curriculums ou dans l'organisation de l'école. Entre une éducation civique, qui s'accommode de la forme scolaire classique, et une éducation à la citoyenneté active, qui nécessite l'adaptation des emplois du temps, l'engagement des enseignants et la motivation des élèves, les choix éducatifs sont multiples et font l'objet de discussions et d'analyse par les chercheurs. Les compétences liées à l'éducation à la citoyenneté trouvent plus ou moins leur place dans les curriculums, mais entrent souvent en conflit avec les savoirs scolaires et les disciplines. Trop souvent, l'éducation à la citoyenneté est un moyen au service de la paix scolaire ; dès le primaire, les élèves apprennent le « vivre ensemble ». Les enseignants doivent gérer la tension entre chercher à normaliser les comportements des élèves et leur faire acquérir un esprit critique, avec les risques collatéraux de désaccord. L'usage de qualificatifs tels que « démocratique », « active » ou « globale » ne devrait pas faire oublier que le but de l'éducation à la citoyenneté, c'est aussi de former des citoyens, conscients de vivre « dans la cité » avec ses lois, son organisation politique, son histoire et ses diversités.
  • Fluckiger Cédric (2007 00). L'appropriation des TIC par les collégiens dans les sphères familières et scolaires. École normale supérieure de Cachan - ENS Cachan.
    Résumé : Les jeunes adolescents sont couramment dépeints comme familiers des TIC, acculturés depuis l'enfance à leur usage et particulièrement experts dans leur manipulation. Cette thèse vise à saisir, au-delà de l'hypothèse de sens commun d'un « bain » dans lequel baigneraient les jeunes actuels, le processus d'appropriation des ordinateurs par les jeunes adolescents. Le cadre conceptuel proposé articule les apports de la sociologie dispositionnaliste de Bernard Lahire, qui permet de rendre compte de la pluralité des univers d'appropriation, et les concepts de schème d'utilisation et d'instrument, développés par l'approche instrumentale de Pierre Rabardel, qui permet de caractériser ce qui s'incorpore dans l'usage des outils informatiques et de rendre compte de la nature instrumentale des logiques d'action mises en oeuvre. La thèse montre que le développement des usages et du jeu des compétences techniques est étroitement articulé à la construction de soi et aux formes de sociabilité adolescentes, mais que la pluralité des univers d'usage des outils informatiques conduit à une pluralité des formes d'appropriation, source d'une différenciation interpersonnelle et d'une hétérogénéité interne des dispositions et schèmes d'utilisation incorporés. L'appropriation générationnelle, ludique et pragmatique, conduit à une familiarisation pratique permettant l'incorporation de savoir-faire locaux ; l'appropriation familiale passant par la transmission de ce que nous analysons comme un capital informatique conduit à une variabilité inter-individuelle des dispositions à l'usage ; tandis que l'appropriation scolaire, en rupture avec les usages familiers aux élèves, conduit à une manipulation consciente et structurée produisant une variabilité intra-individuelle des schèmes d'utilisation.
  • Fluckiger Cédric (2014). Outils numériques, continuités et ruptures entre pratiques scolaires et pratiques personnelles . Recherches, n° 60, p. .
    Résumé : Cet article entend discuter des relations entre pratiques scolaires et « ordinaires » des outils numériques, et plus particulièrement des modalités de continuité et de rupture entre ces pratiques. À cette fin, nous prendrons le contre-pied de deux points de vue qui nous semblent implicitement majoritaires dans les recherches sur les usages éducatifs des outils numériques.

  • Frau-Meigs Divina (2006). L'Education aux médias: un kit à l'intention des enseignants, des élèves, des parents et des professionnels. Paris: UNESCO. Consulté de http://www.unesco.org/new/fr/communication-and-information/resources/publications-and-communication-materials/publications/full-list/media-education-a-kit-for-teachers-students-parents-and-professionals/
    Résumé : Ce Kit de formation propose une vision complexe et complète de l’éducation aux médias, englobant tous les médias, anciens et nouveaux. Il cherche à montrer de nouvelles voies pour que les individus puissent valoriser leur participation dans la vie politique et culturelle de la société par les médias. En particulier, il promeut l’accès des jeunes aux médias, tout en augmentant leur appréciation critique des maintes activités de ces derniers. Il se place dans une perspective de développement durable et essaie de relever certains des défis qui se posent aux sociétés du savoir, et plus particulièrement le fossé numérique.

  • Frau-Meigs Divina et al. (2014). Politiques d'éducation aux médias et à l'information en France. Rapport du projet ANR TRANSLIT et COST “Transforming Audiences/Transforming Societies”. Paris, France: Université Sorbonne Nouvelle. Consulté de http://ppemi.ens-cachan.fr/data/media/colloque140528/rapports/FRANCE_2014_FR.pdf
  • Hassenforder Jean (1972). La bibliothèque, institution éducative: recherche et développement. Paris, France: Lecture et bibliothèques.

  • Jehel Sophie (2015). Les pratiques des jeunes sous la pression des industries du numérique . Le Journal Des Psychologues, n° 331, p. 28-33. Consulté de http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=JDP_331_0028
  • Jehel Sophie (2016). Comment s'informent les adolescents des milieux populaires . Diversit, n° 185, p. .

  • Lacelle Nathalie et al. (2016 00). Un réseau propose une définition de la littératie. Consulté de http://www.ctreq.qc.ca/un-reseau-propose-une-definition-de-la-litteratie/
    Résumé : Un groupe de chercheurs membres du Réseau québécois de recherche et de transfert en littératie propose une définition de la littératie.

  • Liquète Vincent et al. (2012). 2010-2020 : la décennie de la convergence ? . ÉTudes De Communication. Langages, Information, MDiations, n° 38, p. 9-22. Consulté de http://edc.revues.org/3375
    Résumé : 2010-2020 : la décennie de la convergence ? La question de la convergence entre les éducations à l’information, aux TIC et aux médias est un front de recherche dynamique et émergent. En témoigne les publications récentes au niveau francophone. Cette vitalité est d’autant plus renforcée que, dans les sociétés des pays les plus riches, les décideurs politiques s’intéressent de plus en plus aux études qui caractérisent les usages professionnels, éducatifs ou sociaux des technologies de l’informa...


  • Livingstone Sonia & Helsper Ellen (2007). Gradations in digital inclusion: Children, young people and the digital divide . New Media & And Society, vol. 9, n° 4, p. . http://doi.org/10.1177/1461444807080335
    Résumé : Little academic and policy attention has addressed the `digital divide' among children and young people. This article analyses findings from a national survey of UK 9—19-year-olds that reveal...


  • Loicq Marlène (2012). Éducation aux médias et problématiques interculturelles. Question de méthodes . Questions De Communication, n° 22, p. 285-300. http://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.6946
    Résumé : Les médias posent de sérieuses questions interculturelles. Pour les comprendre, nous avons mené une recherche, dans le cadre d’une thèse en cotutelle, portant sur la convergence de deux formes de communication, médiatique et interculturelle, au sein des discours institutionnels sur l’éducation aux médias de l’Australie, du Québec et de la France. Les méthodes, multiples, construites en miroir d’une problématique évolutive, se sont avérées pertinentes pour répondre aux différents niveaux de connaissance sollicités, autant dans l’approche internationale et la posture comparatiste, que par l’étude de cas et dans l’usage des outils de l’analyse de discours. Cette contribution en présente les principales étapes méthodologiques ainsi que la cohérence générale.

  • Plantard Pascal (2016). Numérique et inégalités éducatives . Diversit, n° 185, p. . Consulté de https://www.reseau-canope.fr/notice/diversite-n-185-3e-trimestre-2016.html
    Résumé : Si les savoirs, dans leur diversité et profusion, sont ouverts et disponibles à tous, il s’agit de donner aux enfants et aux jeunes les repères leur permettant d’être agiles dans ce cadre nouveau d’apprentissage qu’est internet.

  • Reverdy Catherine (2016). Les cultures adolescentes, pour grandir et s'affirmer. . Dossier De Veille De L'if, n° 110, p. . Consulté de http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=110&lang=fr
    Résumé : Les travaux de recherche spécifiques sur les pratiques culturelles des enfants et des adolescents sont relativement récents, puisqu’ils sont liés au développement du courant de la sociologie de l’enfance et que les enquêtes nationales mises en place par le ministère de la Culture depuis les années 1960 ne s’adressaient qu’aux plus de 15 ans. Pour appréhender l’ensemble des activités culturelles et de loisirs des enfants et des adolescents en dehors du temps scolaire, comme par exemple le temps qu’ils passent à jouer, à écouter de la musique, à communiquer avec leurs pairs, etc., les sociologues utilisent ainsi plusieurs sources : ils croisent les données des enquêtes nationales et celles de recherches plus détaillées et qualitatives sur de plus petits échantillons. Avec l’élargissement des pratiques culturelles et la modification des frontières entre consommateurs et producteurs dus au développement du numérique, de nouvelles réflexions émergent, sur la notion même de public qui est au cœur des dispositifs d’offre des équipements culturels, et sur les théories de la hiérarchisation et de la domination culturelles construites par Bourdieu. Quel est actuellement le poids des influences familiales sur les pratiques réelles des enfants et des adolescents ? Peut-on toujours définir une culture « légitime » qui correspondrait à celle des classes favorisées et dont les classes populaires seraient exclues ? Quel est le rôle des médias et de l’industrie culturelle dans l’envie de pratiquer telle ou telle activité culturelle ? À travers ces questions, ce Dossier de veille de l’IFÉ aborde bien entendu des problématiques éducatives : l’école joue un rôle majeur d’ouverture et d’apprentissage culturels (en vue de l’acquisition d’un patrimoine culturel commun), et elle est en même temps le lieu principal de rencontres entre les enfants et les adolescents, porteurs chacun de marqueurs culturels familiaux, amicaux, territoriaux, etc. Ce dossier met en lumière les différentes manières dont les enfants et les adolescents se forgent leur propre personnalité et prennent leur autonomie face à ces nombreuses influences, mais également les manières dont ils se conforment ou au contraire résistent aux pratiques culturelles de leurs pairs, à la pression scolaire qui les incite à choisir leur orientation et aux restrictions familiales qui limitent parfois leur désir d’autonomie.

  • Simonnot Brigitte & Gallezot Gabriel (2009). L'entonnoir : Google sous la loupe des sciences de l'information et de la communication. Caen: C&F Éditions.

  • Thomas Sue et al. (2007). Transliteracy: Crossing divides . First Monday, vol. 12, n° 12, p. . Consulté de http://journals.uic.edu/ojs/index.php/fm/article/view/2060
    Résumé : Transliteracy might provide a unifying perspective on what it means to be literate in the twenty-first century. It is not a new behavior but has only been identified as a working concept since the internet generated new ways of thinking about human communication. This article defines transliteracy as “the ability to read, write and interact across a range of platforms, tools and media from signing and orality through handwriting, print, TV, radio and film, to digital social networks” and opens the debate with examples from history, orality, philosophy, literature, and ethnography. We invite responses, expansion, and development.
  • Tricot André & Sweller John (2014). Domain-specific knowledge and why teaching generic skills does not work. . Educational Psychology Review, n° 26, p. 265-283.

  • Wilson Carolyn et al. (2012). Education aux médias et à l'information : programme de formation pour les enseignants. Paris, France: Unesco.
--- Exporter la sélection au format