Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Institut Français de l'Éducation

Les Lieux d'Éducation Associés (lea)

Vous êtes ici : Accueil / Le réseau / Les différents LéA / ChERPAM - IREM de Montpellier
Retour

LéA ChERPAM - IREM de Montpellier, Montpellier (depuis 2015)

DREAM-Resco
IREM de Montpellier

Présentation :

Le LéA ChERPAM – IREM de Montpellier a pour objectif de permettre aux élèves de faire évoluer leur rapport aux mathématiques pour une meilleure adéquation à la diversité des parcours d’étude et professionnels et un meilleur apprentissage des mathématiques elles-mêmes. Il s’agit d'expérimenter et de développer une authentique activité de recherche mathématique dans les classes, en appui sur des problèmes internes et externes mathématiques afin de mettre en jeu les activités de modélisation, de mathématisation et de résolution de problèmes.

Pour cela, nous organisons :

  • un travail collaboratif entre classes à travers une plate-forme pour accompagner la mise en œuvre des situations proposées et faire vivre un questionnement entre pairs. Dans un même temps, nous développons grâce à cela une communauté de pratiques cohérente sur les Académies de Montpellier et de Lyon pour faire vivre la démarche d’investigation en mathématiques, et permettre aux enseignants d’identifier les apprentissages mathématiques en jeu.

  • un travail de construction de progressions annuelles d'enseignement, basées sur la résolution de problèmes et exploitant les problèmes pour construire les connaissances dans la classe, sur la base d'un travail collaboratif avec le groupe DREAM de l'IREM de Lyon et les enseignants impliqués dans le projet.

Recherche menée

Questions de recherche

S’appuyant sur des expériences de plusieurs années, le groupe DREAM-ResCo développe également un questionnement qui doit permettre, parallèlement à l’étude de l’élaboration et de la diffusion des problèmes de recherche, d’approfondir l’analyse des effets des mises en œuvre sur les élèves. Les questions suivantes font désormais partie du développement de la recherche.

  1. Quelles sont les connaissances, les compétences transversales et méta-mathématiques qu'il est possible d'évaluer dans une pratique de recherche de problème ? Et quels sont les indicateurs qu'il est possible de mettre en place ?
  2. La créativité et l'invention mathématique développées dans les problèmes de recherche modifient-elles l'image des mathématiques chez les élèves (et leur envie de faire des mathématiques). Et chez les professeurs ?
  3. Les problèmes de recherche qui développent une forme d'acquisition des savoirs font-ils progresser les élèves dans les autres domaines de l'activité mathématique ? Comment les élèves réinvestissent-ils dans d'autres cadres les compétences et les connaissances développées ?

Une première étape consiste à construire une ingénierie didactique ayant pour but de questionner les séquences d'apprentissage fondée sur les problèmes. Les observations et analyses s'appuieront sur le cadre théorique de la Théorie des Situations Didactiques (Brousseau, 1998). On réalisera pour cela un cahier des charges construit en s'appuyant sur les pilotes et les observations en classe ; l'objectif est de dégager des éléments des bonnes pratiques, gestes professionnels, suivi des ressources, etc., en s'appuyant sur une méthodologie réflexive (Gueudet & Trouche, 2008). Puis sera mise en oeuvre une pré-expérimentation qui doit permettre de s’assurer, après des travaux déjà nombreux sur les situations de recherche en classe, de la faisabilité d’une étude approfondie à une échelle supérieure. Cette pré-expérimentation vise, en particulier, à proposer un cadre de ce que pourrait être un enseignement des mathématiques fondé sur la recherche de problèmes et à définir l’ingénierie nécessaire à l’analyse d’un tel enseignement. Après des travaux sur la mise en oeuvre dans une classe ordinaire de situations de recherche et en appui sur des premières expériences menées dans le cadre de formation continue dans les académies de Lyon et de Montpellier, cette première étape fondera une expérimentation plus vaste désormais nécessaire.
Celle-ci prendra la forme d'une deuxième étape en appui sur les ingénieries précédemment construites. Elle doit permettre le suivi des élèves dans les classes « ordinaires » et le suivi de cohortes d'élèves dans des classes des professeurs pilotes et des professeurs du second cercle des LéA.

Membres de l'équipe

  • Sonia Yvain, enseignante, formatrice, doctorante
  • Simon Modeste, enseignant-chercheur
  • Said Azziz, enseignant
  • Mireille Sauter, enseignante retraitée
  • Seb Durand, enseignant
  • Viviane Durand-Guerrier, enseignante-chercheure
  • Didier Krieger, enseignant
  • Antoine Guise, enseignant
  • Matthias Front, enseignant-formateur
  • Marie-Line Gardes, enseignante-chercheure
  • Gilles Aldon, enseignant-chercheur

Équipe

Correspondant IFE
Gilles Aldon
Correspondant LéA
Simon Modeste
Responsable recherche
Gilles Aldon, Simon Modeste