INSTITUT FRANÇAIS DE L'ÉDUCATION

Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil » Ressources et Services OCEP Résultats et ressources Bilan annuel Quelles pratiques collectives des équipes éducatives ?

Quelles pratiques collectives des équipes éducatives ?

Principaux résultats 2009-2010

 

Seules les pratiques collectives au sein de collège ont été étudiées par les dispositifs de OCEP en 2009-2010

 

Des pratiques collectives pour évaluer le Socle initiées à l’échelle de l’établissement

Le dispositif MOSCo montre un début d’engagement de différents acteurs de l’équipe éducative de l’établissement pour organiser la mise en œuvre du Socle. Le souci premier de ces acteurs est l’évaluation des compétences pour la validation du Socle, plus exceptionnellement l’organisation des parcours d’apprentissage ou la coordination des enseignements nécessaire à une approche par compétence. Les pratiques collectives effectives observées restent limitées.

Des pratiques collectives enseignantes marginales reposant principalement sur le militantisme ou/et les affinités entre individus

Les observations effectuées au travers des dispositifs MOSCo, CESIA et SCEL, montrent des pratiques collectives marginales au sein des établissements. Le plus souvent, ces pratiques ne visent pas la mise en œuvre du Socle mais la conduite de projets pédagogiques pluridisciplinaires qui sont à l’initiative des enseignants. On retrouve, dans ces observations, les constats de Barrère (2002) : les processus qui sous-tendent le travail collectif reposent principalement sur le volontariat et le militantisme des acteurs ainsi que sur leurs affinités respectives.

Un travail multidisciplinaire juxtaposant les pratiques

Les dispositifs INO, SCEL et MOSCo montrent que l’engagement des enseignants dans des projets pédagogiques ou des enseignements mobilisant différents domaines d’étude ne suffit pas toujours à favoriser un travail interdisciplinaire. Ces observations confirment les travaux de Robert (2008) qui montre que les enseignants restent souvent ancrés dans leurs références disciplinaires et mettent en place un travail multidisciplinaire juxtaposant les pratiques.

Un besoin d’accompagnement, d’informations et de formation des acteurs

Dans les collèges suivis, des groupes de travail initiés par le principal, un IA-IPR ou des équipes de l’INRP, ont eu pour objectif de mettre en place une évaluation des compétences du Socle. L’observation des pratiques collectives entre les différents acteurs de ces groupes permet d’identifier des freins ou des leviers possibles pour rendre ces pratiques effectives.

  • Une information stabilisée sur la mise en place du Socle et sur les procédures de son évaluation afin de sortir certains acteurs d’un attentisme et d’un isolement (MOSCo, CESIA).
  • Un rôle moteur du chef d’établissement ou de l’IA-IPR pour fédérer des travaux collectifs (RaPE), mais une portée limitée de ces travaux lorsque les acteurs ne sont pas suffisamment accompagnés (découragement, épuisement, incompréhension,…) (MOSCo).
  • Un rôle stimulant et enrichissant d’un regard extérieur, pour favoriser la réflexion, la remise en question et le renouvellement des pratiques au sein d’un groupe (ECE, RaPE). Ce constat est à rapprocher du concept « d’ami critique » proposé par MacBeath (1998).
  • Un besoin de formation, qu’il s’agisse de la formation initiale ou continuée (CESIA, MOSCo, RaPE), pour éclairer le concept de compétences d’une façon transversale en se dégageant des cultures disciplinaires de chacun et permettre ainsi d’appréhender les compétences de façon commune et cohérente. Les travaux de Lebeaume et Valtat (2007) soulignent de façon analogue la nécessité d’une meilleure connaissance des disciplines voisines et des spécificités de sa discipline pour permettre des convergences d’enseignement.
  • Une communication entre les membres de l’équipe éducative  pour dépasser la faible diffusion de la réflexion et du travail engagés dans des instances de l’établissement (groupe disciplinaire, conseil pédagogique, …). La mise en œuvre  de modalités de communication diversifiées pour parvenir à  informer chacun. (MOSCo)
  • Une prise en compte essentielle des contraintes organisationnelles par l’établissement. Celles permettant une concertation effective : existence de temps partagé dans le service des enseignants,  d’espace de rencontre ; celles favorisant la construction de parcours d’apprentissage individualisés (horaires communs « en barette » à une discipline pour l’organisation de groupes de compétence, …). (CESIA, MOSCo, RaPE)

 

Une importance d’outils collaboratifs adaptés aux usagers

Les observations conduites dans le dispositif MOSCo montrent des usages encore très limités de l’ENT (Environnement Numérique de Travail) de l’établissement pour favoriser échanges, partages et mutualisations, des informations et des ressources. Ces observations révèlent également des limites intrinsèques à ces outils TIC pour la coordination des enseignements et le suivi des élèves. Le manque de convivialité et de facilité d’utilisation de l’ENT induit un rejet de l’outil par un nombre non négligeable des enseignants. La conception cloisonnée de l’ENT par discipline constitue en soi un frein au développement de pratiques collectives entre les différents enseignants d’une même classe.

Une mutualisation des ressources favorables à la mise en réseau des enseignants

Les travaux conduits au sein des études CESIA et SESP ont permis d’élaborer des séquences d’enseignement pour un travail par compétence. Ces ressources, mutualisées sur une plateforme, sont partagées avec d’autres enseignants ou formateurs. De telles plateformes constituent ainsi des supports favorables au développement de réseaux de pratiques. Les pratiques collectives dépassent alors ainsi le domaine de l’établissement.  Gueudet et Trouche (2009) interrogent d’une part les conditions nécessaires pour passer d’une simple mutualisation de ces ressources à une élaboration conjointe, et d’autre part, l’adaptabilité de telles ressources par les personnes extérieures à la conception initiale.

 

MacBeath, J. (1998). I didn’t know he was ill : the role of the critical friend, in Stoll, L. and Myers I.K. (dir.). No quick fixes : Perspectives on schools in difficulty. London : Falmer Press

Robert A. (2008). Les pratiques et représentation d'enseignants de mathématiques, de sciences physiques, de sciences de la vie et de la Terre et de Technologie. Mémoire de stage tutoré de Master, ENS Cachan

Actions sur le document