INSTITUT FRANÇAIS DE L'ÉDUCATION

Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil » Recherche Lire et écrire Lire et écrire : présentation

Lire et écrire : présentation

Efficacité des pratiques d’enseignement de la lecture et de l’écriture au cours préparatoire - 25 septembre 2015

Colloque de présentation des premiers résultats de la recherche coordonnée par l’Institut français de l’Éducation / ENS de Lyon : étude de l’influence des pratiques d’enseignement de la lecture et de l’écriture sur la qualité des premiers apprentissages (LireEcrireCP)

Le 25 septembre, à l’Institut français de l’Éducation / ENS de Lyon, les chercheurs engagés dans l’étude LireÉcrireCP exposeront leurs premiers résultats. Pour aller au-delà de la question des méthodes de lecture, ils décriront les pratiques d’enseignement qui ont été observées, pendant trois semaines, dans 131 classes, en prenant en compte un ensemble très détaillé de variables pédagogiques (modalités, de regroupement, formes d’aide, différenciation…) et didactiques (nature des tâches, durée, supports, outils…). La recherche prend appui sur l’observation de 3 000 heures d’enseignement filmées et indexées, sur l’analyse des traces écrites (cahiers, affichages, livres…) et sur les informations délivrées directement par les maîtres. Ces 131 enseignants, maîtres ordinaires mais expérimentés, exerçant dans des contextes variés et se référant à des options pédagogiques contrastées, constituent un échantillon d’une diversité de bon aloi.

Par ailleurs, les performances des 2507 élèves ont été évaluées individuellement au début et à la fin de cette année de cours préparatoire (elles l’ont été aussi à la fin de leur année de CE1). À ce stade de la recherche, il est possible de commencer à dégager les pratiques qui apparaissent propices pour apprendre à lire et à écrire au début de la scolarité élémentaire. Quels contenus d’enseignement, quelles tâches proposées et quelles modalités pédagogiques semblent favoriser les apprentissages ? Il s’agit en particulier d’accorder une attention particulière aux élèves les moins performants au début de l’année, ceux dont les premiers apprentissages sont le plus dépendants de l’intervention pédagogique.

Les conclusions de la journée du 25 septembre 2015 seront d’autant plus utiles aux enseignants qu’elles ont été recueillies dans des conditions écologiques, non transformées par un dispositif expérimental, en tenant compte des ressources et des contraintes de l’exercice ordinaire de leur métier. Ces conclusions seront développées et complétées dans un rapport publié en ligne en décembre 2015. Elles seront affinées en 2016, en particulier avec les résultats d’un test passé par les mêmes élèves en fin de CE1.

Cette étude, co-financée par la DGESCO (Direction générale de l’enseignement scolaire, MENESR) et l’IFÉ (Institut français de l’Éducation, ENS de Lyon), a été dirigée par Roland Goigoux, laboratoire ACTé (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand). Elle associe 60 chercheurs de 13 laboratoires des universités suivantes : Bordeaux, Cergy-Pontoise, Clermont-Auvergne, Grenoble 3, Lille 3, Lorraine, Montpellier, Nantes, Paris Est-Créteil et Paris 8, Rennes 2 et Bretagne-Ouest, Rouen, Toulouse-Le-Mirail.
Actions sur le document